25.1 C
Lomé
27 septembre 2021
Le Nouveau Reporter

Affaire Pegasus : consterné, le Parti du Peuple et d’Intégrité demande au pouvoir de rassurer les Togolais

L’affaire relative au logiciel espion Pegasus défraie une telle chronique que des partis de l’opposition au Togo entrent aussi dans la danse. Bien entendu, après la réaction de certaines organisations de journalistes et des militants des droits de l’Homme. Ainsi c’est le tour des responsables du Parti du Peuple et d’Intégrité (PPI), qui à travers une note, demandent au gouvernement des explications. Voici l’intégralité de leur note.

C’est avec une grande consternation que le Parti du Peuple et d’Intégrité (PPI) a appris sur des réseaux sociaux et publications de presses, que des honnêtes citoyens sont mis sur écoute par le Gouvernement Togolais à travers le logiciel espion Pegasus.

Au moment où les discussions quotidiennes des Togolais se résument à comment faire face à la vie chère actuelle, survenue par manque d’une politique d’anticipation de la part de leurs Gouvernants, ces derniers ont choisi plutôt de déployer de lourds moyens afin de contrôler la vie privée des pauvres citoyens. Si ceci est confirmé, ce sera une violation des droits fondamentaux de la libre expression que les Togolais ne vont pas tolérer à leur gouvernement.

Le PPI tout en soutenant les efforts et outils permis au gouvernement de lutter contre le terrorisme dans la protection du peuple Togolais, condamne avec fermeté toute attitude peu orthodoxe qui tendrait à appliquer nos lois sécuritaires dans un cadre hors de l’esprit et de réelles intentions prévues par nos lois en vigueur.

Le PPI demande au Gouvernement et surtout aux ministères concernés, de rassurer les Togolais que leurs discussions de survie quotidienne ne font l’objet d’écoute de la part du Gouvernement togolais.

Le PPI demande à la Présidente de l’Assemblée Nationale de convoquer les représentants du peuple en une session extraordinaire pour interpeller le gouvernement afin que des explications soient données au peuple togolais.

De plus, PPI demande à l’Assemblée Nationale de veiller et si possible ajourner ou adopter de nouvelles lois plus adaptées et contraindre le gouvernement à soumettre pour approbation par un Magistrat (ou instance appropriée) toute forme de surveillance d’un citoyen Togolais à l’intérieur ou à l’extérieur du territoire togolais.

Fait à Lomé, le 25 Juillet 2021

Le Président National