Récépissé N° 0010/HAAC/12-2020/pl/P

Agriculture : l’igname toujours chère malgré son abondance sur le marché

Date:

Les amoureux de l’igname sous toute ses formes peuvent commencer par se frotter les mains. Ce tubercule tant prisé par une bonne majorité des Togolais, est entrain d’inonder le marché avec ses nouvelles variétés.

Le marché de l’igname, que ce soit dans les coins habituels connus par la majorité des consommateurs notamment le marché d’Agoè Asssiyéyé ou les nouveaux points de vente, connaissent depuis peu une affluence particulière. On peut y retrouver plusieurs variétés de ce tubercule provenant de différentes régions du Togo.

On a le “Larboko” de Bassar, “Kalati”, les “Kandjo”, les “Bafon”, “Gnabtchi” et bien d’autres. Chacune avec son goût.
Les amateurs du bon foufou se tourne généralement vers le “Larboko”, très succulente et surtout pour sa texture. C’est une variété qui est aussi appréciée par les amoureux de l’igname de tranche.

L’igname est principalement cultivée au Nord du Togo principalement dans les Régions de la Kara, Centrales et des Plateaux. Bien qu’en ce moment l’igname abonde dans ces régions, l’approvisionnement est le principal problème que rencontre les commerçants de la capitale Lomé et des autres villes. Ceci s’explique par le mauvais état des routes selon les principaux convoyeurs de cette denrée vers les autres villes du pays.

« Actuellement, l’igname abonde au Nord du pays. On peut trouver trois gros tubercules à 700 F CFA. Le problème c’est l’état des routes. Ce qui fait qu’il est un peu cher à Lomé », estime une revendeuse à Agoè. « Au marché ici, tu peux trouver trois tubercules moyens à 2000 F CFA. Si c’est un peu gros, nous les vendons à 3000 F ou 3500 F le tas de trois ». Pour trouver de bons tubercules de Bassar, les revendeuses n’hésitent pas à passer les commandes directement auprès des cultivateurs dans mes champs.

Le pont Konan reliant Bassar à Sokodé étant en mauvais état, l’acheminement des tubercules vers la capitale devient un périple pour mes convoyeurs avec les frais de transports qui atteignent des sommets.

Lire aussi : Promotion des PME/PMI: le CNP-Togo et l’ANPGF s’engagent

Le Nouveau Reporter
@: [email protected] Pour vos demandes de couvertures médiatiques, annonces, pub, productions multi-support… Veuillez-vous adresser au : Tél : (00 228) 92 60 75 77 / 99 50 60 10
spot_img