24.1 C
Lomé
12 août 2022
Le Nouveau Reporter

Après le Burkina, la Côte d’Ivoire et le Mali, Cim Metal veut ouvrir au Togo

Le groupe cimentier Burkinabè, Cim Metal vient de signer un accord avec les autorités togolaises, selon une information de Togo First, en vue d’une très prochaine implantation dans le pays d’un complexe industriel.

Les cimentiers ont le vent en poupe au Togo ces derniers mois, dirait-on. Il y a quelques mois en effet, le Togo signait avec Dangote group, du milliardaire nigérian Aliko Dangote, deux accords de partenariat portant sur la valorisation et la transformation du phosphate local en engrais phosphatés et l’implantation d’une cimenterie dans le pays.

 Le cimentier burkinabè, Cim Metal, dont l’objectif est d’étendre ses activités pour devenir le numéro 1 dans le secteur en Afrique de l’Ouest, est le propriétaire de Cim Faso, première usine de broyage de clinker (un constituant du ciment) inaugurée en mars 2015 à Ouagadougou. Il est aussi propriétaire de Cim Ivoir. La concrétisation de son projet d’installation représenterait un atout fort pour le secteur du ciment au Togo. L’ouverture de cette usine, portera à 5 le nombre de cimentiers au Togo. Avec 3 déjà existants : HeidelbergCement (CimTogo à Lomé et Kara), Wacem et Diamond Cement se disputent le marché. Et les deux derniers, annoncés : Dangote et Cim Metal.

A terme, cela contribuera au développement des pôles industriels dans le pays et devrait permettre la création des milliers d’emplois.

Dirigé par Inoussa Kanazoé, homme d’affaires burkinabè, CimMetalgroup, pourrait injecter environ 152,4 millions €, soit 100 milliards FCFA, dans les secteurs du ciment et du fer togolais. Ce projet entre parfaitement en écho avec le Plan national du Développement lancé en 2018. Une initiative du gouvernement qui vise à attirer les investisseurs étrangers vers le Togo.

Lire également : Présidentielle 2020 : la Fosep est là pour tous