32.1 C
Lomé
30 novembre 2021
Le Nouveau Reporter

Bientôt l’ancien format du certificat de nationalité ne sera plus valable

Dans une conférence de presse organisée mercredi 24 novembre à Lomé, le Haut-commissariat des Nations unies pour les réfugiés au Togo (HCR-Togo) a relevé l’importance de l’adhésion du Togo aux conventions des Nations unies sur l’apatridie.

Le Togo a ratifié les conventions 1954 et 1961 sur l’apatridie. L’apatridie concerne toute personne qu’aucun Etat ne considère comme son ressortissant. 10 millions de personnes sont concernées par cette situation dans le monde.

Pour lutter contre l’apatridie, le Togo dispose d’un plan d’action national de lutte contre le phénomène. Le pays envisage de finir avec ce fléau à l’horizon 2024.

Beaucoup d’efforts sont fait dans ce sens. Le pays met en place des stratégies pour permettre à tous ses citoyens de disposer d’un certificat de nationalité. Au Togo, moins de 2 millions de personnes disposent du nouveau format de certificat de nationalité.

Pour Mme Kobauyah Kpatcha-Tchamdja, directrice du sceau, de la nationalité et de l’identité civile, il est important pour tous les Togolais d’avoir ce nouveau format du certificat de nationalité. Les personnes disposant de l’ancien format de ce certificat pourraient être dans une situation d’apatridie. Ainsi, dans les prochains mois, pour constituer ses dossiers, il faut obligatoirement avoir la nouvelle version du certificat de nationalité.

Le HCR contribue à la lutte contre l’apatridie. Le Haut-commissariat a initié depuis 2014, une campagne dénommée « J’existe ». Le 7e anniversaire de cette campagne est célébré cette année

La cheffe de bureau du HCR-Togo, Mme Mihoe Edo Atayi-Kuassi a saisi l’occasion pour féliciter le Togo pour avoir ratifié les deux conventions sur l’apatridie et a réaffirmé la disponibilité de son institution à accompagner la lutte contre l’apatridie.

Lire aussiHCR/Togo: un investissement de 36 millions pour l’accès des réfugiés aux soins de qualité