25.3 C
Lomé
24 juin 2021
Le Nouveau Reporter

Clash : quand le ministre Wateba pique et le député Taama tacle, il y a un qui sort perdant

Dans l’affaire qui oppose le ministre Majesté Ihou Wateba et le député, président du parti NET, honorable Gerry Taama, depuis hier suite à une intervention sur une radio, sans aucun doute, les étudiants, les amis, les membres du gouvernement et autres proches du professeur, ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche donneraient raison à Gerry Taama sans aucune forme de sentimentalisme.

Le clash s’est éclaté, ce 10 mai 2021, entre le ministre, Ihou Wateba et le député, président d’un groupe parlementaire Gerry Taama. Gerry Taama, comme à son habitude – et cela lui réussit politiquement et socialement bien, il suffit de voir le nombre de followers et de like qu’il glane à chaque sortie – a publié le 1er mai, son action de dotation d’une dizaine de lampadaires solaires aux populations de la préfecture de la Kozah (Kara).

D’ailleurs, votre média, Le Nouveau Reporter, ayant jugé l’action louable et susceptible de susciter des émules a publié de façon complétement désintéressée ce geste du député. Le ministre Wateba, s’étant apparemment senti morveux, s’est mouché en lançant une pierre dans le potager du député, banalisant cette action, certes politique, mais « lumineuse » du député.

« On ne fait pas de développement avec 10 lampadaires. Lorsqu’on fait des gestes en faveur des populations, on n’a pas besoin de les claironner. C’est une bonne initiative et tout le monde le fait tous les jours et nous n’avons pas besoin de le claironner… Si chaque député va prendre 2 millions de son économie pour aller faire du saupoudrage, je pense que ça ne servira pas à grand-chose… Ce n’est pas en mettant des lampadaires dans son village qu’on crée le développement.», a dit le ministre Wateba sur Radio Victoire FM, d’après une dépêche d’”AfreePress”.

Évidemment, tous ceux qui connaissent le député Gerry Taama, militaire bon teint, rompu à une rhétorique qui lui colle à la peau, et politicien expérimenté avec ses nombreuses participations à plusieurs compétitions électorales, son appartenance à plusieurs regroupements de partis, etc. ne pouvaient s’attendre que la réponse du berger à la bergère se produise rapidement. Et la réplique ne s’est pas fait attendre de la part de Gerry Taama qui a raclé le ministre Wateba.

Pour répondre au Ministre Wateba, le député Gerry Taama a posté une autre action menée à Abinga, dans l’Est-mono en dotant ses habitants de 5 lampadaires avec un commentaire énergique, empli de punch et porté par un humour décapant. « Même si certains font mazin mazin aujourd’hui, on se sait dans ce pays. Sinon, le monsieur qui parle wouya wouya et qui dit que 10 lampadaires ne font pas le développement là, nous on ne l’a jamais vu faire tchoboé quelque part sur le terrain. C’est les gens qui ont attendu c’est mure et ils viennent narguer tout le monde, surtout les vrais militants qui ont souffert avec nous sous le soleil », a posté Gerry Taama en réponse au Ministre Majesté Ihou Wateba.

« Ces zones (Kozah 3 et Kozah 4) vivent dans une précarité assez inquiétante. Elles manquent de tout : eau, électricité, route… La seule différence entre moi et d’autres leaders politiques, c’est que je ne me contente pas de critiquer le gouvernement. J’agis, du mieux que je peux. Ça ne veut pas dire que je dédouane le gouvernement. C’est de sa faute, sur toute la ligne », a laissé entendre Gerry Taama en publiant ses actions d’électrification dans la Kozah.

« Le monsieur qui parle beaucoup peut lui aussi nous montrer ses gestes de solidarité… C’est les gens qui ne peuvent même pas rassembler 50 personnes sous un manguier qui font beaucoup de bruits quand on leur confie des responsabilités… La leçon à retenir, c’est qu’un lampadaire n’éclaire pas uniquement les militants du NET ou de l’opposition, tout le monde en profite. Voilà pourquoi je mets l’accent sur les projets d’intérêt général », a renchérit le président du NET, Gerry Taama.

Encore Ihou Wateba, toujours Majesté Ihou Wateba….

Quel est le ministre togolais qui, à la mi-mars 2021, abordant le sujet du vaccin anti-covid et la réticence des populations sur la chaîne nationale TVT déclarait : « Tu as le diabète, tu dis que c’est les fakes news, vas-y. Si tu arrives à Kégué (lieu de prise en charge des malades de coronavirus-ndlr) avec forme grave, nous allons te faire une ordonnance. Les 500 mille francs CFA par jour-là tu vas les payer (…) », suscitant l’ire dans l’opinion ? Eh bien, qui a la réponse à cette question comprend que le ministre Ihou Wateba n’est pas à son premier sacré raté au cours de ses sorties médiatiques.

Alors même que la stratégie vaccinale tenait à cœur au gouvernement et se débattant pour trouver la formule, la méthode, la communication idoine…pour contourner en douceur la réticence des populations, Ihou avait ainsi fait le choix de mettre les pieds dans les plats et sapant les efforts du gouvernement pour amener les Togolais à adhérer massivement à la stratégie.

Une telle maladresse, de par sa taille, suffisait pour édifier le ministre et à l’aider à habiller ses sorties et ses propos de l’élégance et de la finesse auxquelles l’on s’attend, quand un « homme politique » du rang de Ihou prend la parole.

Sans doute l’universitaire ignore qu’en tant que ministre, il occupe un poste sérieusement et hautement politique que garantissent le travail et les sueurs chaudes des élus, des députés qui bravent parfois les huées, les quolibets, les attaques de toutes sortes des électeurs. Ceux-là à l’endroit de qui, des élus sont obligés de formuler des promesses parfois des plus surréalistes, dans le seul et légitime but politique de pouvoir s’assurer la majorité et faire le gouvernement selon surtout la vision de son parti.

Cela suffit pour rappeler à Ihou Watéba, ce qu’il représente du haut de son rang de ministre, face à un élu. Car tout semble montrer que le ministre baigne dans un confort dont il ignore le prix.

« Si tu ne connais ni ton adversaire ni toi-même, à chaque bataille tu seras vaincu », enseigne à juste titre et sagement Sun Tzu. Il est de ces adversaires qu’il est conseillé de ne jamais chercher sur certains terrains. Il serait très utile et bénéfique pour Ihou face à un adversaire de la trempe Gerry de suspendre son jugement. Car aussi bien sur le plan politique, social, numérique, digital avec les réseaux sociaux…. Gerry Taamma a réussi une telle immersion à travers des sorties sur toutes les questions de la société, tous les sujets quotidien…..qu’il a fini par rallier à sa cause, même ceux qui ne partagent pas sa démarche politique. Ihou doit l’apprendre pour sa propre gouverne, surtout quand il est conscient de tristes palmarès médiatiques qu’il a déjà réalisés.

Pour toutes ces raisons, nous pensons qu’au gouvernement, il faudra dissuader le ministre de faire des interventions médiatiques, car à cette allure, avec des emportements pareils contraire à une maitrise de soi indiquée à une autorité, l’on ne sait jusqu’où il pourrait aller et commettre l’irréparable en mettant par mégarde sur la place publique des résolutions d’une action gouvernementale normalement tenues discrètes et secrètes.

Lire aussi : Bourse régionale des valeurs d’Abidjan (BRVM) : bras de fer entre Parfait Kouassi et Edoh Kossi