32 C
Lomé
10 avril 2021
Le Nouveau Reporter

Conjoncture économique : l’Uemoa atteindrait un taux de croissance de 2,4% en 2020 contre 6,6% prévu

C’est ce que soutient la note de conjoncture économique régionale dans l’Uemoa. En réalité, il est facile à deviner que « cette contre-performance serait imputable aux effets négatifs de la crise sanitaire sur les économies des Etats de l’Union ».

« Au cours du premier trimestre 2020, la production industrielle a progressé en Guinée Bissau, au Mali et au Sénégal mais elle a baissé au Togo. Au cours de la même période, le chiffre d’affaires du commerce a baissé en Côte d’Ivoire, au Sénégal et progressé en Guinée Bissau ».

D’un autre côté, les échanges extérieurs de l’Union, au premier trimestre 2020, ont été durement affectés par la crise sanitaire.

« Les exportations des produits de l’Union ont augmenté de 7,7% comparativement au 4ème trimestre de l’année précédente. La progression des ventes de l’union résulte principalement des performances enregistrées dans tous les Etats à l’exception de la Guinée Bissau, du Mali et du Niger ».

 Pire, « les achats à l’extérieur des produits de l’Union, au premier trimestre 2020, ont baissé de 8,1% par rapport au dernier trimestre 2019, en lien avec les replis enregistrés dans tous les Etats membres en dehors de la Côte d’Ivoire (+6,2%) et le Togo (+2,2%) ».

D’ailleurs, « le FMI prédit une contraction de l’économie mondiale en 2020 avec une croissance de -4,9% contre 2,9% en 2019 en raison de la covid-19. Ce résultat s’expliquerait par les mesures de confinement et de fermeture généralisée des aéroports, des frontières terrestres et des chaînes de production ».

Voir les détails de la note de conjoncture économique régionale dans l’Uemoa