Récépissé N° 0010/HAAC/12-2020/pl/P

Covid-19 : l’université de Lomé met en avant ses recherches utiles et utilitaires pour la société

Date:

Au-delà d’un simple centre de formation, l’université est un lieu spécifique où des recherches « utilitaires » sont menées. Et c’est ce qu’a prouvé l’université de Lomé (UL), en cette période de crise sanitaire liée au covid-19. L’institution dirigée par le professeur Dodzi Kororoko mène un combat sans précédent pour aider le gouvernement à endiguer rapidement la pandémie du coronavirus. A travers sa Commission Ad hoc de riposte au covid-19 installée le 30 mars 2020, le temple du savoir de Lomé a effectué plusieurs recherches fructueuses. Fabrication de masques et de solutions hydro-alcooliques, des innovations techniques, tous les résultats du travail de dur labeur effectué par l’université ont été présenté à la presse, mardi 14 avril 2020.

Face à la menace du covid-19, L’université de Lomé s’est engagée corps et âme pour apporter des solutions innovantes dans le but d’aider le gouvernement dans son plan de riposte. Outre la formulation de plantes et de molécules actives sur le covid-19, tous les éléments produits par l’UL ont fait objet d’exposition.

Gels hydro-alcooliques, masques et sur-blouses fabriqués par l’UL

Les étudiants de la Faculté des sciences de la santé (FSS-UL) ont produit et écoulé plus de 10.000 litres de solutions hydro-alcooliques à l’endroit des hôpitaux, des pharmacies et des sociétés privées pour contribuer à diminuer la flambée des prix sur le marché.

Le président de l’UL, Dodzi Kokoroko (au milieu, partant de la droite) et ses collègues

Selon les informations disponibles sur la page Facebook de l’institution universitaire, plusieurs types de masques non-allergéniques ainsi que des sur-blouses ont été confectionnés pour des prix assez abordables. Leur production peut atteindre 2.000 unités par jour.

L’UL et l’incubateur NunyaLab innovent sur le plan technologique

L’institution universitaire s’est associée à l’incubateur NunyaLab. Cette collaboration a vu naître plusieurs solutions innovantes : une plateforme d’autodiagnostic pour permettre à la population de s’auto-tester depuis la maison en répondant à des questions spécifiques ; une plateforme d’entraide et de troc des produits de première nécessité, de biens et de services ; un système d’envoi de contenus audiovisuels directement par sms et par WhatsApp ; des visières de protection suivant la norme ISO 838 destinées au personnel médical et infirmier pour la protection du visage contre les projections biologiques (salive, éternuements…) ; et des respirateurs suivant le modèle OXYGEN.

L’UL sollicite la médecine traditionnelle

Dans le cadre de la lutte contre le covid-19, l’UL a fait appel aux médecins traditionnels. C’est en ce sens que la commission ad hoc a enregistré une vingtaine de dépôts de formulations provenant des Praticiens de la médecine traditionnelle (PMT) et des personnes détentrices de molécules avérées pour des tests sur le virus du covid-19 au laboratoire.

L’avis de l’UL sur le confinement total

Par ailleurs, suivant des analyses macroéconomiques effectuées par la Commission, il ressort qu’un confinement total reviendrait extrêmement cher à l’Etat togolais, en raison des mesures d’assistance à mettre en place pour accompagner les différentes couches de la population. En effet, il faudrait débourser environ 150 milliards de francs CFA par mois, sans compter les coûts de la logistique.

Comment fonctionne la Commission Ad hoc de riposte au covid-19 de l’UL ?

La Commission a pour missions de mener des réflexions, dans un contexte pluridisciplinaire, sur les solutions à proposer pour freiner la propagation de la pandémie du covid-19.

Des étudiants mobilisés pour la cause

Plusieurs personnes sont impliquées dans les travaux de recherches. La Commission travaille en étroite collaboration avec les enseignants-chercheurs, les praticiens hospitaliers et les praticiens traditionnels. Tous ces acteurs s’appuient sur les laboratoires équipés et les pôles technologiques de l’UL notamment les laboratoires de microbiologie, de virologie, des sciences pharmaceutiques, de pharmacologie, ainsi que des Centres de recherche extra-universitaires.

L’université de Lomé ne compte pas s’arrêter là. D’autres travaux de modélisations mathématiques, des études sociologiques et juridiques sont également en cours. Leurs résultats sont attendus dans les prochains jours.

Elisée Rassan

Le Nouveau Reporter
@: [email protected] Pour vos demandes de couvertures médiatiques, annonces, pub, productions multi-support… Veuillez-vous adresser au : Tél : (00 228) 92 60 75 77 / 99 50 60 10

Société