24.1 C
Lomé
1 octobre 2022
Le Nouveau Reporter

Crises de santé : 3 frontières du Togo dotées  des équipements grâce à l’appui de l’OIM et la JICA

Trois frontières sont équipées pour lutter efficacement contre les crises de santé. Les matériels ont été remis vendredi 12 à la frontière Togo-Ghana par l’Organisation internationale pour les migrations (OIM) et l’Agence de coopération internationale du Japon (JICA). Ils ont été officiellement transmis au ministère de la Santé, de l’Hygiène publique et de l’Accès universel aux soins pour le compte des points d’entrée de Kodjoviakopé (frontière Togo – Ghana), de Sanvee Kondji (frontière Togo – Bénin) et de Cinkassé (frontière Togo – Burkina-Faso).

« La COVID-19 nous a montré la nécessité de prendre davantage en considération les questions sanitaires pour accroitre la résilience socioéconomique de nos pays face aux crises de santé publique », à déclaré Hitomi Yamazaki, représentante de la JICA

 

Les équipements et matériels remis sont composés de 3 ambulances médicalisées, de 60 moniteurs de température (thermo-flash), de 30 stations de lavage des mains, de 18 stations de toilettes mobiles, de 6 réservoirs d’eau pour le lavage des mains et les stations de toilettes, de 6 structures d’isolement et cabines de contrôle sanitaire équipées, de 30 tablettes et de 10 ordinateurs portables.

 

L’objectif est de renforcer les capacités nationales existantes de gestion des frontières afin de mieux se préparer et répondre aux éventuelles crises sanitaires, notamment celle liée à la COVID-19, au niveau des frontières terrestres de Kodjoviakopé, de Sanvee Kondji et de Cinkassé.

Selon  Docteur Kokou Wotobé, Secrétaire général du Ministère de la Santé de l’Hygiène Publique et de l’Accès universel aux soins, précédemment, le Togo a bénéficié du même projet d’un lot de matériel et équipement en novembre 2021 avec déploiement des volontaires dans ces points d’entrée pour renforcer la surveillance.

Lire aussiEconomies africaines: « Le conflit russo-ukrainien vient aggraver une situation socioéconomique post-Covid déjà fragilisée », Sandra Ablamba Johnson