30 C
Lomé
10 avril 2021
Le Nouveau Reporter

Dialogue Ange, société civile et secteur privé : les évaluations environnementales doivent être un phare pour le développement

Le dialogue entamé le jeudi 1er avril 2021 par l’Agence nationale de gestion de l’Environnement (Ange) avec le secteur public, le secteur privé et la société civile, a pris fin le vendredi 2 avril 2021. À l’issue des deux jours de travaux, les participants se sont entendus sur plusieurs recommandations à mettre en œuvre. La cérémonie de clôture a été présidée par le directeur de cabinet du ministère de l’Environnement et des Ressources forestières, Paul Kudadze Kodjo.

« La densité du rapport final témoigne du grand travail qui a été fait. Nous avons senti la volonté des uns et des autres de mettre en œuvre les recommandations. On pensait avant que les évaluations environnementales constituent un frein pour le développement. Au sortir de ce dialogue, nous voulons que cette perception change et que les évaluations environnementales deviennent un phare pour le développement dans notre pays », a déclaré Paul Kudadze Kodjo.

Parmi les recommandations, on peut noter que bientôt l’on assistera au retour de la quinzaine de l’environnement et du développement durable dont la première édition a lieu dans un passé récent. L’on annonce aussi pour bientôt un audit environnemental des stations d’essence installées dans notre pays. Pour une meilleure efficacité, il est recommandé un renforcement du laboratoire de l’Ange. La prise en compte ou non des évaluations environnementales dans l’attribution des marchés publics et la meilleure application du principe du pollueur payeur ont été également évoquées.

Les participants pensent aussi qu’il est temps de déconcentrer l’Ange afin de la rendre plus opérationnelle. Le directeur général de l’Ange, Dr Koffi Efanam Adadji a exprimé sa satisfaction à l’issue du dialogue. Il promet que les recommandations seront mises en œuvre.

Lire aussiDialogue sur la prise en compte des exigences environnementales : un développement au détriment de l’environnement n’est pas viable