25.8 C
Lomé
26 septembre 2022
Le Nouveau Reporter

Éducation :  » ceux qui sont en grève doivent cesser leur mouvement pour donner une chance aux discussions d’aboutir », Kofi Kanitom de la FESET

Elèves au Togo

Le ministre Komla Dodzi Kokoroko, des Enseignements primaire, secondaire, technique et de l’artisanat et les syndicats des enseignants ont franchi un nouveau palier dans des discussions en vue de solutions durables ce mardi 19 avril 2022.

Trois (03) points ont été débattus dont celui relatif à la gratification des enseignants. « Nous avons abordé trois (3) points. Le premier point porte sur la rentrée pédagogique. Le second, concerne la situation des enseignants volontaires et le troisième point porte sur l’arrêté interministériel portant indemnité des directeurs du préscolaire et primaire public et un quatrième point était réservé aux divers », a expliqué Housimé Senon, secrétaire général de la Fédération des Syndicats de l’Education Nationale (FESEN), selon « gapola ».
Cependant, le coordonnateur de la FESET et porte-parole des syndicats, Kofi Kanitom, n’a pas fait dans la dentelle s’adressant à ses collègues qui ont encore lancé un mot d’ordre de grève en cours. Ils doivent cesser leur mouvement pour donner une chance aux discussions d’aboutir, leur enjoint le syndiqué.

Le confrère rapporte que selon M. Kanitom, les tractations sont en cours en vue de permettre aux enseignants de toucher leur gratification.

Sur les questions liées aux logements des enseignements, Prof Kokoroko a invité les fédérations des enseignants à lui faire parvenir leurs projets sur le sujet afin de les soumettre au chef de l’Etat et au premier ministre.
« Nous avons discuté de l’arrêté concernant l’harmonisation des primes des directeurs d’écoles qui constitue un élément fondamental. Nous nous sommes convenus de reporter cela pour que nous puissions avoir des éléments pour aller sur le terrain. Parce que nous constatons des irrégularités sur le terrain », a précisé en outre M. Houssimé.
Concernant le cas du Syndicat des Enseignants du Togo (SET) dont certains membres sont en prison, le ministre a souhaité qu’on laisse la justice faire son travail et pour les élèves interpellés dans le cadre des débrayages, le ministre a laissé entendre qu’il discutera avec son collègue de la sécurité pour des mesures à prendre.