28 C
Lomé
8 mars 2021
Le Nouveau Reporter

Enseignement supérieur/Togo : une population estudiantine de plus en plus jeune

D’année en année, la population universitaire togolaise ne cesse de rajeunir. Fini le temps où l’on parlait « d’étudiants cartouchards », c’est-à-dire des étudiants vieillis par le nombre d’année d’étude. Désormais, ce sont de très jeunes filles et garçons qui arrivent dans les universités publiques et privées du Togo. Le constat est encore très palpable en cette rentrée universitaire 2021.

Par le passé, c’étaient des personnes d’un certain âge qui arrivaient dans les universités. Celles-ci étaient déjà « usées » par les multiples années d’études primaire et secondaire. Le baccalauréat deuxième partie acquis de haute lutte après de multiples tentatives, ces messieurs et dames d’un certain âge étaient très respectés dans leurs communautés.

Il faut dire aussi que pendant longtemps, à la faveur de l’Etat providence (années 60-90), beaucoup considéraient l’université comme un passage incontournable. Les étudiants étaient peu nombreux, bénéficiaient de conditions d’étude, d’hébergement et de restauration enviables. Et, à peine leurs études terminées qu’ils étaient absorbés par le marché du travail.

Aujourd’hui, la donne a complètement changé. Non seulement les étudiants sont plus nombreux (plus de 60 000 à l’université de Lomé et plus de 20 000 à l’université de Kara, sans oublier les universités privées), mais aussi, ils sont de plus en plus jeunes. Cela est certainement dû à l’explosion démographique de ces dernières années et aussi à l’extrême jeunesse de la population togolaise.

À ce jour, le Togo compte 8,6 millions d’habitants. 40% de la population a moins de 15 ans. Les moins de 25 ans sont dans la proportion de 60%. Et c’est dans ces tranches d’âge que l’on retrouve les étudiants. Selon le ministère des Enseignements supérieur et de la Recherche, l’âge des étudiants est compris entre 15 et 29 ans.

Voilà qui explique que l’on puisse observer des jeunes adolescents ou à peine sortis de l’adolescence arpenter les rues des campus du Togo. Cette rentrée, le spectacle est encore très saisissant. On a même l’impression que les élèves d’aujourd’hui survolent littéralement les études secondaires. Ils sont nombreux à ne plus redoubler comme ce fut le cas pour les devanciers dont certains ont essayé le BAC II, deux, trois, quatre, cinq ou sept fois.

Lire aussiUniversité de Lomé : la construction du tronçon CFC-CERSA lancée