33 C
Lomé
5 décembre 2020
Le Nouveau Reporter

Environnement : le Togo lance le processus de révision de ses engagements climatiques

Le ministère togolais de l’Environnement, du Développement durable et de la Protection de la nature a lancé, ce 29 septembre 2020, le processus de révision de ses Contributions déterminées au niveau national (CDN) au titre de l’Accord de Paris. Une action synonyme de la révision des engagements climatiques du pays vis-à-vis des instances de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC).

Cette révision est la preuve de l’attachement renouvelé du Togo à l’Accord de Paris de 2015 au cours duquel les dirigeants du monde ont tous convenu de faire progresser l’action climatique afin de limiter l’augmentation de la température à 2 degrés Celsius ou à un niveau plus sûr de 1,5 degré Celsius. Le processus de révision entend accroître le niveau d’ambition des engagements nationaux de lutte contre les changements climatiques et d’assurer l’implication effective de tous les acteurs notamment le secteur privé.

« Je félicite le choix judicieux du Gouvernement du Togo de réviser ses CDN en les alignant sur le Plan National de Développement (PND) et sur les Objectifs de développement durable (…). L’intégration des questions climatiques dans le PND renforcera la croissance économique, la transformation technologique, la création d’emplois et permettra de remédier aux principales inégalités sociales qui sont essentielles surtout pour la relance économique après la Covid-19 », a expliqué Aliou Mamadou Dia, représentant résident du PNUD au Togo.

Aperçu de l’assistance

Le gouvernement togolais, dans les CDN actuels a déjà pris des engagements importants qui prévoient une réduction des émissions des Gaz à effet de serre (GES) de 31,14 % à l’horizon 2030 y compris une réduction volontaire de l’ordre de 11%. Les secteurs identifiés pour réaliser ces objectifs de réduction de GES, sont des secteurs clés de l’économie togolaise, à savoir l’Energie (15%), l’Agriculture (21%) et la Foresterie et autres utilisations des terres (64%). Les secteurs les plus vulnérables où les besoins d’adaptation sont nécessaires sont notamment l’énergie, l’agriculture, les établissement humains et la santé, les ressources en eau, la zone côtière et la foresterie et autres utilisations des terres.

Le PNUD, en collaboration avec ses partenaires, apporte son appui à l’engagement du gouvernement togolais au travers de la « Promesse climatique » par un accompagnement technique et financier au processus de la révision des CDN.

Lire aussi : Tourisme au Togo : le concept de proximité et de domestication pour remettre d’aplomb le secteur