24.1 C
Lomé
8 août 2022
Le Nouveau Reporter

Environnement : nécessité d’inventorier nos ressources floristiques et fauniques

Le ministère de l’Environnement et des ressources forestières exécute depuis le 1er mars 2021, sur toute l’étendue du territoire national, le deuxième inventaire forestier national dans le cadre de la mise en oeuvre du projet de soutien à la préparation, à la Réduction des émissions dues à la déforestation et à la dégradation des forêts (REDD+), avec l’appui financier de la Banque mondiale, rapporte le bi-hebdomadaire « L’Union Pour La Patrie » dans sa parution N°1419 du 5 mars 2021.

Le journal noté que cet inventaire forestier a pour objectif de mettre à la disposition du gouvernement togolais des données quantitatives et qualitatives sur les forêts naturelles et les plantations, en vue d’une meilleure planification des actions de gestion durable des ressources forestières.

«A cet effet, il est demandé à toutes les populations riveraines des forêts de réserver un accueil fraternel aux techniciens en charge de la collecte des données sur le terrain. Le ministre compte sur la pleine participation et la collaboration de chacun en vue de faciliter le passage des équipes dudit inventaire dans les différentes localités», prescrit un communiqué publié le 25 février 2021 par le ministre Katari Foli-Bazi.

L’inventaire forestier consiste donc à évaluer, de façon quantitative et qualitative, les ressources floristiques et fauniques d’une forêt à un moment donné. Il se réalise à travers des méthodes statistiques et à l’aide de matériels spécifiques tels que le matériel dendrométrique (compas forestier, perche télescopique, etc.) et des outils de télédétection (images satellitaires haute résolution, GPS, etc.).

Pour réaliser son inventaire forestier national, le Togo a validé une définition de la forêt au sens de la REDD+, inspirée de la définition de la FAO (2001) et de celle du code forestier national.