24.1 C
Lomé
15 juin 2022
Le Nouveau Reporter

Exposition/Art plastique : trois artistes réunis autour du thème « Et la suite… »

Trois artistes plasticiens togolais exposent à l’hôtel Onomo à Lomé depuis le 10 juin dernier. Dénommée « Et la suite… », elle va jusqu’au 17 juin 2022, et est placée sous les auspices de Monsieur Gervais Koffi DJONDO avec le soutien du Ministère de la Culture et du Tourisme, le tout piloté par Madame Sophie Agbo, responsable de la Galerie SORAYA.

Plusieurs artistes plasticiens et amoureux de l’art ont assisté au vernissage de l’exposition dont l’objectif est de promouvoir l’art contemporain. En effet, la Galerie SORAYA, à travers cette exposition, veut promouvoir et soutenir les artistes plasticiens de sorte à faire se mettre ensemble plusieurs générations d’artistes, surtout dans l’idée de hisser l’art de la jeune génération émergente d’artistes plasticiens dynamiques qui a envie de faire rayonner autrement le Togo.

« L’art nous a conviés et nous voici et maintenant vous êtes en droit donc de demander « Et la suite… ». Et bien c’est le titre de cette exposition artistique. Seul l’art saura donc mieux vous répondre. Moi je vous dis simplement et surtout chaleureusement bienvenue à ce vernissage. La galerie Soraya est heureuse de célébrer les arts virtuels en particulier les arts plastiques. L’exposition et la suite a pour ambition d’être un grand rendez-vous national des professionnels des arts plastiques en vue d’insuffler une dynamique nouvelle et sans précédent au secteur culturel. Et ce soir l’art est incarné par les œuvres de trois plasticiens togolais. Ils sont issus de générations différentes certes mais connectés par le beau ou interconnectés à l’art…», a lancé Sophie Agbo.
Les trois artistes exposants sont Joseph Amedokpo, Barnabé Sallah et Gustave Djonda. Un trio d’artistes très proche par leur quête du beau indépendamment de leur âge varié mais dont l’art et le savoir-faire traversent les frontières. Une belle et fructueuse connexion artistique intergénérationnelle. Cette exposition est le fruit d’un projet qui vise à promouvoir les arts plastiques et le secteur de la culture. Ceci à travers l’animation d’un marché des arts virtuels au Togo et en Afrique.
Pour la Galerie Soraya, il est question de faire renaître galerie et de raviver ces activités et relancer le défi de l’art au Togo d’où l’intérêt de choisir trois artistes de différentes générations mais qui puissent faire exprimer leurs œuvres à travers cette suite.

« Une suite ça veut dire qu’il y a d’abord un passé et un avenir donc le présent actuellement nous relie entre ces deux temps de pouvoir relancer les activités de la galerie, soutenir et faire la promotion des artistes plasticiens émergents », a soutenu Gustave Djonda, avant de poursuivre : « J’ai travaillé sous le vocable de « on se parle ». Mes œuvres sont en cercle ou en demi-cercle. Ça veut dire que la parole nécessite un enclos, un enfermement, la parole nécessite de la confiance de se voir et de se parler ».
Son œuvre tourne autour de l’actualité et « on se parle c’est l’importance qu’on donne à la parole dans une conversation. Il y a un émetteur, il y a un récepteur et il y a la parole tout au milieu. Donc c’est très important pour moi de pouvoir évoquer ce thème de la parole aujourd’hui ».
Actualité oblige, l’artiste a fait allusion aux guerres, aux conflits qui divisent et détruisent le monde et pour lui c’est le manque de la parole, du dialogue qui est à la source. « Quand on ne se parle pas, ça veut dire qu’on arrive à une étape de conflit, de querelle entre des individus dans un foyer, dans une communauté, dans une société, dans un pays. C’est ce qu’on voit aujourd’hui à l’international avec la guerre en Ukraine avec la Russie » rappelle-t-il.

Il a donc invité les uns et les autres à s’accorder mutuellement à travers le traitement de la parole de chez soi à la maison, entre collègues de même service et partout ailleurs. Il a conseillé de s’inspirer de cses tableaux pour instaurer le dialogue et la négociation partout pour que la paix s’installe partout dans le monde.