Récépissé N° 0010/HAAC/12-2020/pl/P

Journée internationale de la paix: la menace terroriste en fait un véritable catalyseur pour les Togolais

Date:

Ce mercredi 21 septembre 2022, les nations du monde célèbrent la Journée internationale de la paix sous le thème : « Mettre fin au racisme. Bâtir la paix. ». Le Togo qui fait face avec inquiétude à la menace terroriste venue du Sahel, voit en cette Journée un véritable catalyseur des énergies vers la quête de cet idéal. D’ailleurs, manifestation a été organisée en faveur des organisations de jeunes. Placée au Togo sous le thème « Renforcer la cohésion sociale pour bâtir la paix », cette célébration a donc été essentiellement marquée par cette conférence de haut niveau à l’initiative du ministère du développement à la base. C’était à l’université de Lomé.

La Journée internationale de la Paix se tient chaque 21 septembre depuis 1982, l’année de son institution. Alors que l’Assemblée générale de l’ONU se réunit dans le même sillage temporel. Lieu privilégié de la diplomatie multilatérale, l’ONU est un espace nécessaire pour la diplomatie interétatique, mais d’autres espaces et d’autres acteurs œuvrent aussi à la paix.
Dans un contexte diplomatique et géopolitique marqué mondialement par la guerre russo-ukrainienne, cette célébration devrait avoir un retentissement particulier. Et sans doute cet appel devrait sonner de façon exceptionnelle pour les martyres de la guerre russo-ukrainienne. Au Togo, l’on n’attend pas qu’il y ait des centaines voire des milliers de morts pour appeler à la paix. Ce n’est pour rien que le gouvernement a réuni les jeunes ce jour à l’Université de Lomé pour les sensibiliser sur la nécessité de ne pas oser perdre le climat de paix qui règne dans le pays. D’autres jeunes réunis dans les maisons de jeunes dans tout le pays, ont pu écouter les diverses interventions.

Villes de guerres, villes de paix….
Lire aussi: Maintien de la paix/PRC-CEOMP : 200 policiers et soldats en formation à Lomé
Souvent parmi les premières victimes d’un conflit, les villes concentrent les dégâts et les victimes. La plupart des villes que l’histoire a marquées d’un épisode tragique ont développé une conscience mémorielle forte, allant jusqu’à s’engager dans une véritable action en faveur de la paix.
Depuis 2019, le Centre Mondial de la Paix, des libertés et des droits de l’Homme s’est engagé dans le réseau des Villes de la Paix mis en place par Jeju en Corée du Sud. Cette coopération, qui s’est déjà traduite par 4 participations au Forum Paix et Prospérité de Jeju (dont la dernière a eu lieu du 14 au 16 septembre 2022) a également permis la diffusion à Jeju de l’exposition « Kyiv, March 8, one day report ».
Alors que 2022 marque le 40e anniversaire de la création de l’Union Mondiale des villes Martyres, villes de la paix à l’initiative de René VIGNERON (ancien Maire de Verdun), le Centre Mondial de la Paix, des libertés et des droits de l’Homme a souhaité mettre à l’honneur ces initiatives toujours caractérisées par des projets et des résultats concrets.
Cette mise à l’honneur de l’action des villes de la Paix prend la forme d’un nouveau module au sein de l’exposition « Drôles de paix : 1945 à aujourd’hui ». Ce module a été dévoilé aujourd’hui le 21 septembre 2022. Par ailleurs, le Centre Mondial de la Paix, des libertés et des droits de l’Homme appelle toutes les personnes souhaitant soutenir l’action des villes de la paix à se mobiliser et se réunir le 21 septembre à 17h 30 au Centre Mondial de la Paix, des libertés et des droits de l’Homme.
Lire aussi: Un commissaire togolais, contributeur de paix, honoré par les Nations unies

Le Nouveau Reporter
@: [email protected] Pour vos demandes de couvertures médiatiques, annonces, pub, productions multi-support… Veuillez-vous adresser au : Tél : (00 228) 92 60 75 77 / 99 50 60 10
spot_img