24.1 C
Lomé
16 août 2022
Le Nouveau Reporter

Le FMI présente son rapport sur les Perspectives Economiques Régionales de l’Afrique Subsaharienne

Le rapport du Fonds monétaire international (FMI) sur les Perspectives Economiques Régionales de l’Afrique Subsaharienne a été présenté jeudi 21 juillet à Lomé. L’édition 2022 est intitulée : « un nouveau choc, une faible marge de manœuvre ».

Le rapport relève les canaux de transmission du nouveau choc sur les économies de la sous-région. Il s’agit des prix de l’énergie, des produits alimentaires et du coût du financement. L’envolée des prix du pétrole et des produits alimentaires pèse, en particulier, sur les soldes extérieurs et budgétaires des pays importateurs de ces produits et accentue les craintes de sécurité alimentaire dans la région.

Les perspectives économiques pour l’Afrique subsaharienne sont relatives aux conséquences sociales et économiques liées à la pandémie de la COVID-19, au changement climatique, à l’insécurité grandissante au sahel qui migre vers les pays côtiers, ainsi qu’au durcissement en cours de la politique monétaire dans les pays occidentaux. Le Fonds fait « des recommandations à court terme qui consistent dans un premier temps d’essayer de contrôler et de limiter la vulnérabilité à la dette. Faire aussi des subventions ciblées pour les populations les plus vulnérables. C’est la première priorité à court terme. La deuxième priorité à court terme que le rapport identifie, c’est de pouvoir gérer le compromis qu’il y a entre l’inflation et la croissance » souligne Maximilien Kaffo, représentant du FMI au Togo.

Les perspectives du Togo

Face aux menaces qui planent sur son économie, le Togo a pris différentes mesures. « En termes de perspectives, la poursuite de la mise en œuvre des projets et réformes de la Feuille de route gouvernementale et la mise en service récente de la Plateforme Industrielle d’Adétikopé (PIA) auront assurément des effets significatifs sur la progression des activités de production de biens et services, de transformation et d’exportation des produits. En effet, les répercussions de la crise russo-ukrainienne sur notre économie ont montré la nécessité de la transformer, de la diversifier en mettant un accent particulier sur la transformation agro-industrielle », a expliqué le secrétaire général du ministère de l’Economie et des Finances, Agbenoxevi Kofi Paniah.