25 C
Lomé
29 septembre 2022
Le Nouveau Reporter

Le prix du gaz butane n’est pas fixé par le gouvernement

Les nouveaux prix du gaz alimentent tous les débats et ravivent la flamme de toutes les discussions contradictoires au Togo. En effet, le gouvernement vient de marquer son désengagememt par rapport à la subvention de ce produit très indispensable pour les ménages. Bien de citoyens critiquent vertement l’exécutif, pourtant l’approvisionnement du Togo en gaz butane est assuré par les opérateurs privés que sont Total Energies, ZENER SA et SANOL SA, et non par le gouvernement. A contrario du cas des produits pétroliers (Super, gas oil et pétrole lampant). Le prix du gaz est donc fixé par les opérateurs du secteur en fonction de leurs coûts d’achat.

Le gaz est subventionné par l’Etat depuis plus de quinze ans. Le montant des subventions accordées par l’Etat sur le gaz butane de janvier à juillet 2022, se chiffre à plus de 10 444 271 740 de F CFA contre une inscription au budget 2022 de 1 600 000 000 de F CFA

Le but de ces subventions était de limiter la déforestation. Mais force est de constater que cet objectif est loin d’être atteint malgré les efforts du gouvernement

Pour preuve, d’énormes quantités de charbons de bois sont déversées chaque jour dans nos villes ou exposées le long de nos routes. Il parait plus judicieux d’utiliser les sommes en jeux pour adresser les besoins des couches vulnérables de la population qui s’adonnent à la production du charbon de bois. Ainsi, les prix actuels sur le marché national proviennent des structures de prix des distributeurs que sont Total Energies, ZENER S.A. et SANOL S.A.

Sur radio Victoire, une radio privée de Lomé, ce lundi, Sogoyou Keguewe, un cadre du parti au pouvoir l’Union pour la République (UNIR), a inferé que: « Le gaz était massivement subventionné de janvier en août, plus de 10,5 milliards de francs CFA ont été dépensés en subvention alors qu’au budget de l’Etat, il était inscrit 1,6 milliard de francs CFA. L’imprévu va au-delà du prévu ». Avant de poursuivre que si l’Etat continuait cette subvention, il sera pris dans une spirale.

Le gouvernement rassure qu’un suivi régulier des prix du gaz sera fait afin d’éviter l’exagération des marges et la spéculation des prix des différents acteurs.

Lire aussiSpéculation sur le gaz et dans les transports: l’ATC invite le gouvernement à sanctionner les opérateurs économiques véreux