32 C
Lomé
10 avril 2021
Le Nouveau Reporter

Les évêques du Togo ont décrypté l’actualité sociopolitique du pays

La Conférence des évêques du Togo (CET) a tenu à son siège à Lomé, du 16 au 19 juin 2020, sa deuxième session ordinaire de l’année. Les hommes de Dieu se sont prononcés sur la crise sanitaire qui fait sa loi, les contentieux électoraux qui l’ont précédée et le reste de l’actualité non moins importante.

Au sujet de la crise sanitaire, les évêques ont exhorté les fidèles et tous les citoyens « à observer rigoureusement les mesures de prévention préconisées, tout en plaidant en faveur de la réouverture progressive des lieux de culte dans le strict respect des dispositions préventives. Ils rendent grâce de n’avoir pas jusqu’ici enregistré des désastres effroyables redoutés », découvre-t-on dans le communiqué publié vendredi 19 juin 2020.

Fermeture des séminaires

Ils ont planché sur le cas des 03 grands séminaires qui, « confrontés comme les autres établissements à la crise sanitaire de la covid-19, ont dû suspendre la formation et renvoyer les séminaristes dans leurs diocèses respectifs. Néanmoins, un rapport détaillé des activités menées au cours des 02 premiers trimestres ainsi que des propositions pour la clôture de l’année académique ont été présentés aux évêques par les formateurs ».

L’insécurité galopante

Les Evêques en sont préoccupés et inquiets. Ils sont revenus sur les décès intervenus ces derniers mois et dont les premières investigations font état d’assassinats sans pour autant les démontrer. Ces morts tragiques et imprévisibles tirent, selon eux, la sonnette d’alarme sur la gravité de la situation. De toute évidence, estiment-ils, « tous ces meurtres et autres formes de violences montrent qu’aucun Togolais, quels que soient son rang et le lieu où il se trouve, n’est vraiment en sécurité ».

Ras-le-bol

Les évêques du Togo « profondément indignés, dénoncent et condamnent avec la plus grande fermeté cette façon cynique et opaque de procéder en jouant avec ce que l’homme a de plus sacré : la vie. Ils appellent à la cessation immédiate et sans délai de ces crimes. Les évêques demandent que les enquêtes diligentées aboutissent et que les auteurs et commanditaires soient arrêtés, jugés et punis conformément aux lois en vigueur ».

Prière

« La providence divine a voulu que la présente session de la Conférence des évêques du Togo s’achève précisément le jour où l’Eglise universelle célèbre la solennité du Sacré Cœur de Jésus et invite à prier pour la sanctification des prêtres. Convaincus que la sainteté demeure le secret de la fécondité de toute vie chrétienne, les évêques invitent, en ce jour, à prier avec insistance pour la paix au Togo », ont-ils conclu.