28 C
Lomé
26 octobre 2020
Le Nouveau Reporter

Les leaders des « 10 villages » de AIMES-AFRIQUE à l’école de la gestion des coopératives agricoles

L’Association Internationale des Médecins pour la promotion de l’Education et de la Santé en Afrique (AIMES-AFRIQUE) lance une formation ce lundi 21 septembre sur la gestion des coopératives agricoles à l’intention des leaders communautaires informe le confrère social info.
Pendant trois jours, les leaders communautaires seront outillés sur les mécanismes de formalisation et de gestion d’une société coopérative au Togo.

Le confrère précise que dès son lancement en 2014, AIMES-AFRIQUE a initié un projet dans le cadre du développement communautaire, un des 10 axes stratégiques de l’organisation, dénommée « LES 10 VILLAGES DE AIMES AFRIQUE », un projet qui se veut à terme, la transformation de l’économie rurale et l’autonomisation des communautés à la base.

La formation des leaders va faciliter la réussite de ce processus.
Pour le Représentant du Président-Fondateur de AIMES-AFRIQUE à l’ouverture de l’atelier de formation, Atitso DEGBOEVI: « Il nous parait judicieux aujourd’hui de formaliser ces groupes de producteurs dans chaque village en des coopératives agricoles du fait du caractère socio-économique des activités afin de répondre à la politique du gouvernement dans le cadre de la modernisation de l’agriculture au Togo ».

Pour lui « L’objectif de cette formation est d’outiller les participants sur les mécanismes de formalisation et de gestion d’une société coopérative au Togo ; donner aux participants les outils pour bénéficier des mécanismes de financements disponibles et enfin les former sur le marketing social et la culture entrepreneuriale qui doivent guider les actions des populations bénéficiaires ».

Les 10 villages D’AIMES AFRIQUE concernés par la phase pilote du projet de développement communautaire sont entre autre Timbou, Ataloté, Takpamba, Fazao, Dzamdè, Tchifama, Kuma-Apoti, Illico, Dzegbakondi, Djakpémé.

Ces villages ont bénéficié d’une pléthore d’actions dont la construction de bâtiments scolaires, la construction des cantines scolaires, la construction des centres de santé, les forages, les latrines publiques, le parrainage des meilleurs élèves de ces villages, la formation et le renforcement de capacités constant des leaders de ces villages, la création d’activités génératrices de revenus, la formation et l’organisation des groupements économiques, la multiplication des activités d’hygiène et assainissement, le dons de machines à coudre.

Ce projet est appuyé par la Fondation Hanns Seidel.

Lire aussi: AIMES-AFRIQUE