Récépissé N° 0010/HAAC/12-2020/pl/P

Covid-19 à Madagascar : les hôpitaux débordés

Date:

Madagascar vit des périodes sombres. Un nombre record de 614 nouveaux cas de covid-19 a été confirmé en 24h, ce qui porte à 8 162 le nombre des infectés avec 69 décès enregistrés. Face à cette explosion des contaminations, les hôpitaux du pays sont débordés. Tout ça se passe dans un pays où le président a fait la promotion d’une boisson fabriquée à base de plantes pour traiter le virus.

Des élèves malgaches encouragés à prendre le Covid-Organics avant le début des cours

Covid-Organics, c’est le nom du produit malgache destiné à lutter contre les infections au coronavirus. Cependant, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) affirme qu’il n’y a aucune preuve que la boisson agisse contre la covid-19. Malgré les mérites attribués à ce remède traditionnel, Madagascar ne s’en sort toujours pas.

Les hôpitaux de la capitale, Antananarivo, ont averti qu’ils commencent à manquer de lits, rapporte BBC. « Nous n’acceptons plus que les cas graves », a déclaré à l’AFP le directeur de l’hôpital Andohotapenaka, Nasolotsiry Raveloson. Les directeurs de deux autres hôpitaux ont également déclaré à l’agence de presse qu’ils étaient débordés.

Le président Andry Rajoelina a réimposé un verrouillage de la région centrale jusqu’au 26 juillet. Seulement, une seule personne par foyer a le droit de sortir pour chercher de la nourriture et des médicaments.

Débordé par la situation, le ministre de la santé a écrit une lettre ouverte aux agences d’aide demandant du matériel comme des kits de dépistage, des respirateurs et des équipements de protection pour les travailleurs de la santé, lundi dernier. Une demande repoussée par le porte-parole du gouvernement. Il affirme qu’il n’appartenait pas au ministre de faire une telle requête.

Le président de Madagascar, Andry Rajoelina, a personnellement vanté les mérites de Covid-Organics

Rajoelina a attiré l’attention du monde entier sur la promotion du Covid-Organics, qui est un produit fabriqué à partir de l’artemisia (ingrédient utilisé dans un traitement contre la malaria) et d’autres plantes malgaches. Mais l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a mis en garde contre l’utilisation des remèdes non testés comme celui-ci. Devrait-on donner raison à l’OMS ?

Le Nouveau Reporter
@: [email protected] Pour vos demandes de couvertures médiatiques, annonces, pub, productions multi-support… Veuillez-vous adresser au : Tél : (00 228) 92 60 75 77 / 99 50 60 10
spot_img