25.1 C
Lomé
27 septembre 2021
Le Nouveau Reporter

Protection de la femme et de l’enfant au Togo : un Forum des femmes 2021…

“Ensemble mettons fin aux maux qui détruisent la vie des femmes, des enfants et de nos communautés : viol, inceste, pédophilie, pédopornographie et toutes autres formes de maltraitances ! “, tel est le cri de guerre que les associations Cœur Solidaire et Femmes d’Actions lance à travers le Forum des femmes 2021. Parrainé par le président togolais Faure Gnassingbé, cet événement de haut niveau se tiendra le 02 août 2021 à l’Hôtel 2 février de Lomé autour du thème « Pour plus d’engagement en faveur de la protection de la femme et de l’enfant au Togo ».

Organisé en partenariat avec le ministère de l’action sociale, de la promotion de la femme et de l’alphabétisation ; des Agences du système des Nations-Unies et l’Ambassade de France au togo, ce forum est une manière de célébrer la journée de la femme africaine autrement en alliant réflexionq et actions.

La journée de la femme africaine célébrée chaque 31 juillet, devrait être l’occasion de faire le bilan non seulement de l’effectivité des droits des femmes en Afrique et au Togo, mais aussi de leur rôle dans la protection de leur progéniture (filles comme garçons) dont l’avenir est souvent brisé par des actes qu’il faut oser qualifier de criminels, ont fait comprendre les organisatrices de l’événement, l’honorable Ibrahima Memounatou, vice-président de l’Assemblée nationale togolaise et l’honorable Kouméalo Anaté, députée à l’Assemblée nationale togolaise.

Il s’agit ainsi d’une part, de créer un cadre de réflexion des femmes et hommes engagés, des leaders d’opinion, sur les questions de viols, d’inceste, de pédophilie, de pédopornographie et toutes autres formes de maltraitance chez les femmes et les enfants. « D’autre part, les recommandations issues des travaux donneront lieux à l’élaboration d’un plan d’action afin de poursuivre pus concrètement le combat après le forum », explique Ibrahima Memounatou.

Le forum entend sensibiliser l’opinion nationale sur les violences subies par les femmes et les enfants et sur leurs conséquences, « rechercher les meilleures solutions et stratégies pour un changement de comportements et de mentalités, élaborer un document de recommandations et d’éléments de langage pour différents plaidoyers et différents mécanismes à créer ou à renforcer », étaye Kouméalo Anaté, présidente de Cœur Solidaire.

Deux sous-thèmes meublent le forum. Le premier est “Pour plus de protection des femmes contre le viol, le harcèlement, les violences physiques et morales (identifier les causes et les conséquences, faire des recommandations permettant de lutter contre ces fléaux selon le canevas suivant : prévention, prise en charge, aspects sécuritaires). Le deuxième parle de “Pour plus de protection des enfants contre le viol, l’inceste, la pédopornographie, les violences physiques et morales” (identifier les problèmes majeurs de protection de l’enfant au Togo, identifier les causes et les conséquences, faire des recommandations selon le canevas suivant : prévention, prise en charge, aspects sécuritaires (protection) et juridiques (sanctions)).

Participeront à la rencontre, les femmes parlementaires, les membres du gouvernement, les élues locales et maires des communes du Grand Lomé, les responsables d’association de lutte pour les droits de la femme et des enfants, les journalistes, les leaders religieux et traditionnels, représentants des agences du système des Nations-Unies (UNICEF, PLAN-TOGO, UNFPA, OMS, PNUD), etc.

En raison de la crise sanitaire, le nombre de participants en présentiel est réduit afin de permettre le respect des mesures barrières. Toutefois, toute personne est invitée à suivre le forum en direct de la plateforme Facebook créée à cet effet.

Lire aussi : Faure Gnassingbé présente les enjeux de la réduction des inégalités en milieu scolaire à Londres