26.7 C
Lomé
26 janvier 2022
Le Nouveau Reporter

Sani Yaya préoccupé par la dynamique haussière du niveau général des prix sur les marchés

Sani Yaya, ministre de l’Economie et des Finances a présidé la 4ème et dernière session du CNC (Conseil national du crédit) au titre de l’année 2021 ce jeudi 23 décembre par visioconférence.

Il ressort de cette rencontre que le taux de croissance du Togo reste évalué à 5,3% pour cette année.

‘’Comme indiqué lors de la session précédente, les dernières estimations effectuées en août 2021 situent le taux de croissance économique à 5,3% en 2021, contre 1,8% en 2020, dans un contexte de maîtrise du taux d’endettement public’’, a déclaré le ministre.

Mais il reste préoccupé par la dynamique haussière du niveau général des prix.

 » En effet, pour la première fois depuis 10 ans, le taux d’inflation moyen a atteint un niveau exceptionnel de 4,1% au terme des neuf premiers mois de l’année 2021. Cette évolution est imputable : au renchérissement de certains produits alimentaires, en raison de l’insuffisance de l’offre sur les marchés et à la hausse des prix des produits importés, en liaison avec les perturbations dans les chaînes d’approvisionnement. Nous espérons qu’il s’agit d’un phénomène passager. Car, comme vous le savez, une hausse continue des prix dilue le pouvoir d’achat des ménages, décourage l’épargne et l’investissement. Ce qui, en retour, pourrait avoir un impact négatif sur la croissance économique », a confié le ministre de l’Economie et des Finances Sani Yaya.
Le gouvernement a pris des mesures pour faire face à cette situation.

 »Le Gouvernement a, d’ores et déjà, pris des mesures pour inverser la courbe des prix », souligne M. Yaya.

Concernant le financement de l’économie et l’évolution du secteur financier, sur les 9 premiers mois de l’année 2021, des évolutions positives sont relevées.

Elles concernent la forte progression des nouveaux concours bancaires à l’économie ; le maintien des concours bancaires à l’État, essentiellement à travers l’acquisition des titres publics ; l’offre de services de proximité par les banques et la digitalisation accrue des services bancaires ; l’évolution satisfaisante des indicateurs d’inclusion financière et l’aboutissement du processus de privatisation de la Banque Togolaise pour le Commerce et l’Industrie (BTCI).

Lire aussiCovid-19 : les veillées de Noël et de Nouvel an écourtées