28 C
Lomé
28 février 2021
Le Nouveau Reporter

Sécurité portuaire : le Port Autonome de Lomé doté d’instruments de prévisions météorologiques marines

Le Port Autonome de Lomé aura désormais une meilleure anticipation et prévision de la météo. En effet, le Haut-conseil pour la Mer (HCM) a réceptionné, ce jeudi 18 février 2021, des matériels de prévisions météorologiques marines. Mis au point grâce à l’appui financier et technique du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD), partenaire stratégique et essentiel dans le développement du transport maritime national, lesdits matériels sont une réponse à l’insuffisance de données météorologiques maritimes.

La météorologie maritime
est une spécialité de météorologie concernant le domaine marin : vents, houle, températures air et eau, marées, etc. Cette spécialité constitue une composante primordiale pour le routage en navigation maritime et aérienne. Elle est divisée en deux composantes : la météorologie côtière, qui comporte des enjeux et des phénomènes particuliers, et la météorologie de la haute mer.

« Cet investissement, avec l’accompagnement du PNUD, permet justement de pouvoir mettre à la disposition de ceux qui viendraient venir dans notre port ou sur nos côtes, ces informations qui importantes pour mener leur navire à bon port. Je salue la politique du chef de l’Etat, Faure Gnassingbé, un visionnaire qui a vu juste en dotant notre pays d’instruments de prévisions marines. Ces instruments de prévisions météorologiques marines aideront notre pays dans l’atteinte des ODD 13 et 14 », a déclaré lors de la cérémonie de réception, Edem Tengué, ministre de l’Economie maritime, de la Pêche et de la Protection côtière.

Visite des officiels

La météorologie maritime répond à un double impératif de sécurité et d’assistance. Son but est ainsi d’assurer la sauvegarde de la vie humaine et des biens en mer et sur la côte. Pour y arriver, les services
météorologiques nationaux reçoivent des données d’un ensemble d’observation prises par les navires, les bouées et les satellites météorologiques, les avions survolant les mers, etc. Ces informations s’ajoutent à celles recueillies sur terre pour être analysées par les météorologues qui émettront des bulletins de prévision et d’avertissement pour les utilisateurs.

« Le soutien constant du Système des Nations unies aux diverses initiatives de notre pays, notamment la mise en œuvre de la Stratégie nationale pour la mer et le littoral, constitue à suffisance la preuve que vous avez mis l’accent sur le secteur maritime qui mobilise plus de 80% des transactions internationales », a exprimé le directeur général du Port, Fogan Adégnon, par la
voix de son représentant.

« Nous n’avons pas suffisamment de données de pouvoir faire le reporting sur les indicateurs des ODD. Il faut disposer des données, pas seulement économiques, mais également climatiques… La part de l’économie bleu dans la création de richesse au Togo est telle que nous ne pouvons pas nous permettre de faire de l’à peu près. On se rend compte de l’utilité des présents matériels que si on se rend compte qu’on n’a pas de données pour prévoir, sauver préserver les gains que nous avons réussi à faire dans le domaine du développement », a déclaré pour sa part M. Aliou Dia, représentant résident du PNUD au Togo.

Photo de famille des officiels

Une fois les données recueillies par les services météorologiques nationaux, elles sont transmises à travers le monde afin de servir à la prévision météorologique, entre autres à celle pour les intérêts maritimes. Les météorologues analysent la situation et émettent des prévisions pour leurs secteurs de responsabilités.

Outre la météorologie marine, les données obtenues permettront d’enrichir les données de la météo nationale et une capacité de disposer d’autres applications dans le domaine de l’agriculture notamment.

Source : Togo Matin

Lire aussi : Sécurité maritime : le Haut conseil pour la mer équipe la Gendarmerie national