25.1 C
Lomé
9 août 2022
Le Nouveau Reporter

Technologie : quel niveau de protection pour nos données personnelles ?

Chaque 28 janvier, il est célébré la « Journée mondiale de la protection des données personnelles » ou « Data Privacy Day » en anglais.

Cette journée mondiale consacrée à la sensibilisation de l’opinion publique sur l’épineuse question de la protection des données à caractère personnel mérite que l’on s’y attarde. Car cela pourrait nous échapper. Les TIC qui ont bouleversé nos quotidiens dans toutes leurs dimensions (sociale, économique, politique…) restent des couteaux à double tranchant. Puisqu’à chaque utilisation des outils technologiques, à chaque navigation sur Internet, nous produisons du contenu, nous laissons des traces. Où vont ces données ? Qui les regardent ? Qui les traitent ? Où sont-elles stockées ? Face à ces interrogations, sinon, ces peurs légitimes et fondées, il est impérieux de créer de nouveaux cadres réglementaires afin d’assurer une protection de nos données numériques à une époque où la donnée vaut de l’or.

Petit aperçu des textes législatifs et réglementaires au Togo

  • Loi n°2012-018 sur les communications électroniques (LCE) ;
  • Loi n°2017-006 d’orientation sur la société de l’information au Togo (LOSITO) ;
  • Loi n°2017-007 du 07 décembre 2017 relative aux transactions électroniques (LTE) ;
  • Loi n°2018-026 du 07 décembre 2018 sur la cybersécurité et la lutte contre la cybercriminalité ;
  • Décret n°2018-62/PR du 21 mars 2018 portant réglementation des transactions et services électroniques au Togo ;

Historique de la Journée mondiale de la protection des données personnelles

Officiellement, la Journée mondiale de la protection des données personnelles a été créé le 28 janvier 1981 à la suite du traité européen signé à Strasbourg avec pour titre « Convention pour la protection des personnes à l’égard du traitement automatisé des données à caractère personnel ». Le choix de la date n’est pas sans explication. Elle a été choisie pour rendre hommage à la Convention 108 du Conseil de l’Europe qui transpose les droits et libertés fondamentales du citoyen dans l’univers du « traitement automatisé ».

En 2009, l’évènement a donné naissance au prix Rodotà qui récompense « des projets de recherche universitaire novateurs et originaux dans le domaine de la protection des données ». En réalité, cette journée vise à encourager les Etats et les entreprises à communiquer davantage sur le sujet afin de sensibiliser un grand nombre de personnes, souvent victimes de leurs propres inattentions sur les réseaux sociaux.

D’après une association américaine spécialisée dans la cybersécurité, cette année, près de 700 entreprises ont annoncé prendre part à cette journée, soit en créant des événements ou en communiquant sur les pratiques en matière de vie privée et de protections des données.