28.8 C
Lomé
13 mai 2022
Le Nouveau Reporter

Terrorisme au Togo : « Ils avaient laissé les motos à côté à peine à un kilomètre avant de traverser pour le Togo »

Le nord Togo, Kpendjal, a subi une attaque terroriste dans la nuit du 10 au 11 mai dernier, faisant état de 8 soldats tués et 13 blessés. Interrogées par le confrère Peter Sassou Dogbe, correspondant de RFI au Togo, les populations racontent la psychose qui règne.

Cet habitant de Kpinkankandi n’en revient toujours pas. En pleine nuit vers 2h, ce mercredi, il est réveillé par des hommes qui passent dans le village. « Ils étaient à pied, ils avaient laissé les motos à côté à peine à un kilomètre avant de traverser pour le Togo. Dans nos cours, ils passaient, mais ils n’ont rien dit aux civils. On est resté enfermé dans nos chambres. Les enfants pleuraient. On avait peur ».

Les coups de feu durent plusieurs heures. Les habitants apprennent le décès de huit soldats dans la journée. Un scénario inimaginable selon cet habitant d’une localité voisine, qui concède que la psychose commence à s’installer : « Nous avons la peur au ventre. Ces gens-là n’ont pas une tenue pour les distinguer. La population a doucement repris les activités. Mais mercredi, tout le monde est rentré vite et à 19 h tout le monde était dans sa chambre ».

« C’est très difficile, très dramatique », confie un religieux. Selon lui, ces individus profitent de poches sur la frontière pour « nous attaquer » et de conclure : « les forces de sécurité ne peuvent malheureusement pas être partout sur la frontière ».

Plusieurs organisations internationales notamment le CEDEAO et des chefs d’État ont adressé des messages de consternation et de soutien au Togo.

Lire aussi : Suite à l’attaque terroriste au Togo : la CEDEAO, consternée, condamne