27.1 C
Lomé
14 août 2022
Le Nouveau Reporter

Textile et habillement : que comprendre de la nouvelle politique d’industrialisation ?

Le professeur Akodah Ayéwouadan, ministre de la Communication et des Médias explique en quelques mots en quoi consiste la nouvelle politique d’industrialisation dans le secteur du textile et de l’habillement au Togo.
« Nous produisons du coton dans notre pays. Pendant longtemps, nous exportions le coton brut. Cela ne nous rapportait pas beaucoup d’argent. Aujourd’hui, la politique intégrée de l’industrie du textile et de l’habillement va permettre à notre pays non seulement de produire du coton, mais aussi, de le transformer », a dit le ministre.
« Cette transformation pourrait aller jusqu’à la fabrication du tissu imprimé au niveau local. Aujourd’hui, il y a déjà de la transformation plus ou moins artisanale. Le gouvernement souhaite porter cette pratique à un niveau industriel pour rendre celle-ci beaucoup plus rentable », a ajouté le porte-parole du gouvernement.
Pour réussir cette nouvelle politique, le gouvernement œuvre pour augmenter la production cotonnière. Depuis 2018, l’ambition est d’atteindre 200 000 tonnes de production annuelle. Nous en sommes encore loin, mais la cession d’une importante partie du capital de la Nouvelle société cotonnière du Togo (NSCT) au groupe OLAM vise à rendre ce secteur plus dynamique. Ces derniers temps, on remarque que les nouveaux responsables de cette société, par diverses stratégies essaient de remobiliser les producteurs autour de l’or blanc.
Conformément à ces ambitions, le président de la République Faure Gnassingbé a inauguré en 2020, la Plateforme industrielle d’Adétikopé (PIA) qui met le textile au cœur de ses activités. Ainsi, la production, la transformation, la consommation locale et l’exportation dans le secteur de l’habillement apporteront plus de devises et d’emplois pour le Togo.