28.1 C
Lomé
17 octobre 2021
Le Nouveau Reporter

Togo : après Pegasus, un autre logiciel espion détecté

Amnesty International révèle la présence d’un logiciel espion au Togo. Il s’agit des cybermercenaires. Selon « Africa RDV», ces hommes s’introduisent dans vos téléphones, volent vos données personnelles et confidentielles sans laisser de traces pour les vendre à des clients privés.

Amnesty International Togo dans une enquête publiée le 7 octobre dernier, cite un défenseur togolais des droits humains bien connu victime de l’espionnage du groupe de hackers Donot Team.

« Tout le monde peut être une cible : des cybermercenaires vivant à des centaines de kilomètres peuvent pirater votre téléphone ou votre ordinateur, regarder où vous allez et à qui vous parlez, et vendre vos données privées à des gouvernements répressifs ou à des criminels», souligne la directrice adjointe d’Amnesty Tech, Danna Ingleton.

D’après les explications d’Amnesty, le logiciel espion aurait permis aux auteurs de l’attaque d’avoir accès à la caméra et au microphone, de récupérer des photos et des fichiers stockés sur l’appareil, et même de lire les messages WhatsApp chiffrés ( au moment de l’envoi et de la réception). Le caractère secret de ces attaques fait qu’il est extrêmement difficile pour les militants de détecter si leur téléphone est infecté.

La scène se saurait produite entre décembre 2019 et janvier 2020. « Quand j’ai compris qu’il s’agissait d’une tentative d’espionnage numérique, je me suis senti en danger. Je n’arrive pas à croire que mon travail puisse déranger certaines personnes au point qu’elles essaient de m’espionner. Je ne suis pas le seul à travailler pour les droits humains au Togo. Pourquoi moi ? » a déclaré la victime interrogée par Amnesty.

Lire aussiAffaire Pegasus : consterné, le Parti du Peuple et d’Intégrité demande au pouvoir de rassurer les Togolais