27.7 C
Lomé
24 septembre 2022
Le Nouveau Reporter

Togo/vers l’instauration d’une Journée du sport : le gouvernement place la santé au premier plan

Le gouvernement envisage de renforcer la pratique « des activités sportives par la population togolaise », afin « de prévenir et de maîtriser des maladies non transmissibles notamment l’obésité, le diabète, l’hypertension artérielle, les problèmes
cardiovasculaires et psychologiques ».

C’est ce que renseigne le compte-rendu du Conseil de ce jeudi 24 août qui a écouté une communication relative à la promotion des activités physiques et sportives de masse et l’instauration d’une journée du sport. La communication présentée par le ministre du Sport et des Loisirs, Dr Lidi Bessi Kama vise à solliciter l’autorisation du conseil pour l’instauration de la « journée du sport ».

L’exécutif exhorte toutes les couches socio-professionnelles du Togo à pratiquer des activités physiques et sportives, car il reste convaincu qu’ « à travers l’instauration d’une journée au moins par mois consacrée au sport populaire, « le bien-être et la bonne santé pour une meilleure contribution au développement du pays », seront assurés.
On ne le dira jamais assez, le sport est un facteur de bien-être la santé est notre bien le plus précieux. Nous pouvons utiliser le sport donc comme bouclier pour nous préserver. Que la pratique régulière d’une activité physique renforce notre organisme, réduit les risques de nombreuses maladies et améliore notre santé est indiscutable.

Actualité oblige et il est nécessaire de le rappeler : ce projet d’instauration d’une journée du sport, intervient au moment même où Lomé, les ministres africains en charge de la Santé, à l’occasion de la 72ème session du Comité régional de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) ont reconnu et alerté dans un communiqué que : « la charge associée aux maladies cardiovasculaires, aux troubles mentaux et neurologiques, ainsi qu’au diabète, est en augmentation dans la région (Ndlr : Afrique) ».

Et, alors que ces derniers veulent donc en réponse, « renforcer l’accès au diagnostic, au traitement et aux soins prescrits en cas de maladies non transmissibles graves », l’une des réponses du Togo, à travers l’approche sportive n’est pas moins réaliste et pragmatique. Car en la matière, la prévention reste de mise et le sport y joue beaucoup.
Lire aussi: Le DAGL veut susciter un engouement autour des sports moins pratiqués