25.1 C
Lomé
9 août 2022
Le Nouveau Reporter

Tribune sur la pandémie : si j’étais milliardaire…

La pandémie du covid-19 a certainement prouvé que nous sommes tous égaux face à cet horrible virus et que le monde ne sera plus jamais le même !

Je ne doute pas que les grands groupes de consultants proposeront toutes sortes de recommandations sur la façon dont les pays pourraient se reconstruire après covid-19. Laissons cela à ces brillants consultants en stratégie comme ils ont déjà commencé !

En lisant ce matin la récente liste Forbes de milliardaires dont le premier est à nouveau Jeff Bezos, je ne pouvais pas m’empêcher de noter qu’en dépit de tous ces milliards, le monde ne pouvait pas surmonter cet “ami” invisible, destructeur et opportuniste : le virus covid-19.

Je ne porterais certainement aucun jugement sur ces milliardaires car je suis sûr qu’ils ont travaillé dur pour bâtir leur fortune et défendent probablement de nombreuses grandes causes à travers leurs fondations et d’autres plateformes.

Cependant, ce qui précède m’a fait penser, à la lumière du monde en évolution dans lequel nous vivons maintenant, ce que j’aurais fait, d’original pour l’Afrique, si j’étais milliardaire.

Que diriez-vous de ces 10 actions / engagements concrets ?

  1. J’aurais réorienté mon objectif de vie vers une mission humanitaire plutôt que d’acquérir plus d’actifs qui ne feraient probablement pas grande différence pour l’Afrique. Pensez-y, de combien de milliards une personne a-t-elle besoin pour être satisfaite ou heureuse ?
  2. J’aurais partagé une partie de ma fortune avec mes collaborateurs en leur donnant des parts dans l’entreprise car, après tout, ce sont eux qui m’ont permis, en partie, d’être milliardaire. De cette façon, ils seront davantage motivés et sécurisés à vie.
  3. J’aurais promu le concept d’« indice de bonheur » à travers l’Afrique comme à Buthan, au lieu de poursuivre ces chiffres de PIB non inclus qui ne font aucune différence dans la vie de nombreux pauvres Africains. Il est grand temps que nous mettions le capital humain, par opposition à la création de richesses, au cœur du développement de l’Afrique.
  4. J’aurais défendu des thèmes comme « les soins de santé pour tous » et « l’éducation pour tous » en Afrique comme mes deux principales missions de vie, parce que comme covid-19 nous l’a enseigné, sans la santé et l’éducation, rien n’est durable. J’investirais massivement avec les gouvernements africains pour rendre les soins de santé et l’éducation accessibles à tous sur le continent noir.
  5. J’aurais consacré beaucoup de ressources financières et de temps pour soutenir la recherche et le développement dans les universités africaines afin que nos scientifiques africains puissent mettre en pratique leurs idées créatives tout en aidant à résoudre les problèmes de l’Afrique. Des solutions africaines aux problèmes africains !
  6. J’aurais soutenu les jeunes entrepreneurs africains en leur fournissant des capitaux d’amorçage et des services de renforcement des capacités afin qu’ils continuent à penser globalement mais à agir localement. De cette façon, ils s’aventureront davantage dans la fabrication, les technologies et l’agro-industrie localement développées afin qu’en tant qu’Africains, nous consommions ce que nous produisons. covid-19 nous a offert un aperçu du danger de tout pays de s’approvisionner à l’étranger.
  7. J’aurais consacré du temps et de l’énergie et convaincu d’autres personnes de se joindre à moi pour développer un solide programme de mentorat à travers l’Afrique. De cette façon, chaque jeune africain aurait accès à des mentors et à une bonne orientation de la vie, en particulier ceux qui n’avaient pas un bon départ dans la vie. Notre dividende démographique est notre plus grand atout.
  8. J’aurais soutenu tous les Africains de la diaspora, quelle que soit leur appartenance politique, qui souhaitent rentrer chez eux et faire partie des solutions car l’Afrique a besoin de tous ses fils et filles. Nous avons des Africains talentueux à travers le monde occidental qui sont prêts à rentrer chez eux si les conditions sont réunies.
  9. J’aurais consacré au moins 10 milliards de dollars US à un “Fonds africain de relance et de croissance covid-19”, et j’aurais convaincu d’autres milliardaires et institutions de financement africaines comme la BAD de contribuer à ce projet pour en faire une plateforme de 100 milliards de dollars US. Le fonds fournirait les prêts concessionnels, les subventions, les investissements et d’autres instruments financiers adéquats aux pays africains pour les aider à démarrer et à faire croître leurs économies dévastées par covid-19.
  10. Enfin, j’aurais créé un Fonds africain d’investissement social entièrement dédié au soutien de toute initiative visant à développer des médicaments génériques et des vaccins abordables fabriqués en Afrique afin que nous puissions cesser de dépendre des médicaments importés. J’ai été surpris de découvrir que la plupart de nos médicaments génériques proviennent d’Inde. Il est temps de responsabiliser notre industrie pharmaceutique !

Pour rappel, je ne suis pas milliardaire et je n’ai aucun intérêt à l’être, mais Dieu merci, il n’est pas nécessaire d’être milliardaire pour faire et/ou contribuer à tout ou partie de ce qui précède. Après tout, nous avons tous des milliards d’idées brillantes, ce qui fait de nous tous des « milliardaires ».

Espérons que les milliardaires africains apprendront de cette saga covid-19 et montreront la voie en réorientant leurs missions et leurs ressources vers une plus grande différence en Afrique au lieu de célébrer des slogans vides comme « l’homme ou la femme le plus riche d’Afrique » ou d’accumuler des actifs dont ils ne jouissent guère.

N’oubliez pas que même sans être milliardaire, vous pouvez contribuer à votre manière à faire de l’Afrique un endroit formidable. Ensemble, riches ou pauvres, construisons l’Afrique que nous voulons et méritons. Profitez de la nourriture de l’esprit et restez en sécurité !

Par Ibrahima Cheikh Diong

Fondateur et président de ACT Afrique Group, ancien expert de la SFI, de la Banque mondiale et de BNP Paribas

Source : businessnewsafrica