Récépissé N° 0010/HAAC/12-2020/pl/P

Université de Lomé: un rendez-vous de partage autour des “pratiques informationnelles des acteurs de l’intelligence artificielle”

Date:

Le Centre d’étude et de recherches sur les organisations, la communication et l’éducation (CEROCE) de l’Université de Lomé et la Chaire Unesco “Pratique émergente en technologies et communication pour le développement” de l’université Bordeaux Montaigne ont partagé les fruits d’une recherche menée plusieurs années en pratiques liées à l’intelligence artificielle. C’était ce vendredi 25 novembre 2022 à l’Université de Lomé au cours d’un séminaire intitule: “Les pratiques informationnelles des acteurs de l’intelligence artificielle”.

“Avec ce séminaire, c’est un nouveau cycle qui va s’appuyer sur le Togo, sur nos collègues du CEROCE pour continuer à constituer un réseau international, africain en particulier et francophone. Surtout de rechercher autour de cette question. L’objectif étant à terme de mettre en place un observatoire de l’intelligence artificielle à travers une plateforme qui va recenser et stocker les informations qui vont être utiles aux acteurs politiques, les décisionnels politiques, économiques et de nos sociétés “, a indiqué Professeur Étienne Damome, Vice-Président de l’Université Bordeaux Montaigne.

Si le séminaire a permis d’explorer de comprendre les stratégies de veille d’informations et de dissémination sur le terrain, le projet permettra, par ailleurs aux chercheurs de faire la cartographie des besoins d’information, d’identifier des sources d’information en intelligence artificielle, de constituer un réseau francophone de recherche pluridisciplinaire sur l’intelligence artificielle et les pratiques informationnelles et d’explorer les possibilités d’une mise en place d’un projet d’aide à la décision par l’intelligence artificielle en Afrique. En effet, les résultats partagés au cours du séminaire sont utiles à plusieurs égards, et utilitaires dans les domaines de la santé, de l’éducation etc.

C’est pourquoi le Prof Alain Kiyindou, titulaire de la Chaire Unesco “Pratique émergente en technologies et communication pour le développement” de l’université Bordeaux Montaigne a inféré que: “Les acteurs sont confrontés à des difficultés d’accès des données de qualité. Il n’y a pas des stratégies politiques qui ont été mises en place pour accélérer. Avoir des données de qualité passe par un système de collecte de données efficaces, mais aussi un système de digitalisation performant”, a-t-il souligné. Il appelle donc les États à s’engager dans cette direction.

Pour sa part, Prof Germaine Kouméalo Anaté a soutenu que: « Dans la conjoncture mondiale actuelle, marquée par la compétitivité, mais aussi par la globalisation et la démocratisation de la connaissance, l’accès à l’information et plus particulièrement à une information actualisée, pertinente et complète est devenu un enjeu important pour tous les acteurs »,

Plusieurs pays sont représentés dans ce projet de recherches soutenu par l’Agence universitaire de la Francophonie: le Sénégal, la Tunisie, le Cameroun et l’île Maurice. Le cercle pourrait s’élargir à d’autres pays.

Il faut souligner que les travaux ont été ouverts par le premier Vice-président de l’Université de Lomé, Prof Komlan Batawila.

Le CEROCE contribue à une connaissance scientifique des thématiques relatives aux organisations, à l’information, à la communication et à l’éducation. C’est est un laboratoire de l’Université de Lomé, rattaché à l’Institut des Sciences de l’Information, de la Communication et des Arts.

Le partenariat entre l’université de Lomé et l’Université Bordeaux Montaigne vit à travers un accord signé en 1989 et renouvellé plusieurs fois. Depuis 2014, l’ISIC de l’Université Bordeaux Montaigne délocalise sa licence en Information et Communication à l’ISICA, à l’Université de Lomé.

Le Nouveau Reporter
@: [email protected] Pour vos demandes de couvertures médiatiques, annonces, pub, productions multi-support… Veuillez-vous adresser au : Tél : (00 228) 92 60 75 77 / 99 50 60 10

Société