32.1 C
Lomé
30 novembre 2021
Le Nouveau Reporter

Atakpamé: le ministre de la Culture confère avec la mission conjointe CENALAC/OIF

Le ministre de la Culture et du Tourisme, Dr Kossi G. LAMADOKOU, a rencontré ce dimanche 17 octobre 2021 à Atakpamé, la mission conjointe formée par le centre national de lecture et d’animation culturelle (CENALAC) et l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) chargée de l’évaluation et de l’extension des centres de lecture et d’animation culturelle (CLAC).

Cette séance a connu la présence de Madame Thi Hoang Mai TRAN, Représentante de l’OIF en Afrique de l’ouest dont le siège est à Lomé.
Cette rencontre fait suite à la signature par le président de la République du décret n°2021-042/PR du 15 avril 2021 portant création du Centre national de lecture et d’animation culturelle (CENALAC). Elle a été initiée dans le but de concrétiser l’ambition du gouvernement togolais d’étendre les réseaux des centres de lecture et d’animation culturelle (CLAC).

En effet, depuis 2015, puis en 2020, le gouvernement a exprimé à l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) son souhait d’être appuyé dans la mise en place d’un autre réseau de CLAC étendu à d’autres villes du Togo afin de dynamiser et de moderniser le premier réseau existant depuis 21 ans.

L’OIF a alors répondu favorablement à cet appel ce qui aboutit à cette mission, conduite par Monsieur Éric WEBER, Responsable du Programme CLAC à l’OIF Paris et chargée de l’évaluation de l’extension du réseau. Sur place, l’équipe a été appuyée par le CENALAC conduite par Kodjo Cyriaque NOUSSOUGLO, Secrétaire Général de la commission nationale de la Francophonie et responsable national du CENALAC.

Pour le ministre Lamadokou, cette rencontre était nécessaire vu l’importance que revêt la mission et les attentes qu’elle suscite de la part du gouvernement et des populations bénéficiaires. Le ministre a attentivement écouté les recommandations de la mission conjointe qui se résument en trois points notamment le renforcement des effectifs et capacités des ressources humaines, la nécessité d’autonomisation du CENALAC, l’importance du renforcement des infrastructures existantes pour optimiser les chances d’obtenir le maximum de résultats sur les deux réseaux existants.


Le ministre a exprimé son engagement à œuvrer pour que chaque année, 1 réseau de 8 CLAC soit créé pour renforcer les actions du CENALAC et ce aux fins de contribuer à former des citoyens compétents et bien éduqués.