29.1 C
Lomé
25 octobre 2021
Le Nouveau Reporter

Côte d’ivoire : Henri Konan Bédié fourbit son arme pour l’élection présidentielle

Si le doute subsiste toujours dans le camp du Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP) où l’on ne sait pas encore si le président sortant, Alassane Ouattara se représentera ou non, tout est limpide au niveau du Parti démocratique de Côte d’Ivoire qui, sauf improbable revirement de situation, fera confiance à Henri Konan Bédié pour les grandes joutes électorales en octobre prochain.

L’ancien président ivoirien (1993-1999), Henri Konan Bédié a été désigné candidat légitime avec 99,97% de voix des militants de son parti, lundi 27 juillet 2020. Ceux-ci n’ont d’yeux que pour lui.

Découvrir également : Côte d’Ivoire : tous les chemins mènent à Alassane Ouattara

« La joie qui m’anime en ce jour est immense. Je suis heureux et fier d’avoir été élu comme candidat du PDCI. Si nous nous présentons, c’est surtout pour les nouvelles générations, les jeunes assaillis par le chômage (…) pour esquisser avec eux un avenir meilleur », est convaincu l’homme politique âgé de 86 ans, président du PDCI, premier parti d’opposition ivoirien.

L’âge n’est pas un problème

Interrogé par les journalistes lors d’un point de presse dans sa résidence à Abidjan, à propos du poids de son âge, Henri Konan Bédié a assuré que son âge « est tout à fait légal » pour se présenter. Pour nous au PDCI, a-t-il renchérit, « l’âge est un atout. Il réunit l’expérience et la compétence ».

De mémoire d’homme, le PDCI a gouverné avec le parti du président Alassane Ouattara de 2011 à 2018, avant que l’alliance ne parte en fumée, précisément sur la question du choix du candidat à la présidentielle de 2020.

La Côte est arrivée à un moment décisif de son histoire. Cette prochaine élection va impacter à court, moyen et long terme l’avenir politique du pays. La seule certitude à jour, c’est que toutes les cartes ont été redistribuées après le décès du Premier ministre, Amadou Gon Coulibaly, celui en qui beaucoup d’Ivoiriens fondaient leurs espoirs, même Alassane Ouattara.

Augustin Akey