25.1 C
Lomé
27 septembre 2021
Le Nouveau Reporter

Festival YouTube en Afrique subsaharienne : la richesse et les secrets de YouTube

Plus de 70% des vidéos YouTube sont vues sur des appareils mobiles et avec 475 millions de personnes en Afrique subsaharienne qui devraient avoir accès à l’internet mobile d’ici 2025, YouTube offre aux annonceurs des opportunités distinctes pour se connecter et atteindre un marché croissant de consommateurs africains. Forte de cette fulgurance, “This is my YouTube” a tenu le premier festival YouTube en Afrique subsaharienne.

Le festival a célébré l’écosystème dynamique des créateurs et des annonceurs de YouTube en Afrique, tout en offrant des aperçus exclusifs des nouvelles fonctionnalités, des nouveaux produits et des innovations. Le festival virtuel, auquel ont participé des annonceurs de premier plan de toute l’Afrique subsaharienne, a été l’occasion de découvrir les principales tendances émergentes et les meilleures pratiques mondiales.

En effet, environ 500 heures de vidéo sont téléchargées chaque minute et plus d’un milliard d’heures de vidéo sont regardées chaque jour sur YouTube. Le festival YouTube en Afrique également a permis aux annonceurs de découvrir toutes les nouvelles façons d’atteindre des publics engagés sur YouTube.

D’après les statistiques rapportées par “infoafrique.com”, les gens passent en moyenne 18 heures par semaine à écouter de la musique, dont 89 % en streaming à la demande.

Les participants au festival ont également appris comment YouTube et la télévision peuvent mieux travailler ensemble. Aujourd’hui, les gens regardent du contenu vidéo sur différents appareils, via différentes plateformes, à tout moment et en tout lieu.

Bien que la télévision ait une grande portée, les études montrent que lorsque les marques combinent à la fois la télévision et le numérique dans le cadre de leur stratégie marketing, le retour sur investissement est beaucoup plus important que la somme d’un seul média.

Lire aussi : Le Rotary Club de Lomé fait don de 8 machines à Coudre aux filles de CEDAC