Récépissé N° 0010/HAAC/12-2020/pl/P

Guinée-Conakry: 10 marins togolais bloqués à bord d’un navire

Date:

Une détention tout à fait curieuse implique des ressortissants togolais dans les eaux de la Guinée depuis quelques mois.

Des sources proches de la Division des affaires maritimes (DAM) du ministère de l’Economie maritime, de la pêche et de la protection côtiére confirment l’information.

Précisément, ils sont dix(10) Togolais et deux(02) de nationalité ghanéenne bloqués à bord de leur navire “Everest 1” depuis le 21 juillet 2022.

Selon les informations relayées par le journal “Liberté” dans sa parution n° 3746 du jeudi 24 novembre 2022 , ces 10 personnes sont interdites de quitter le navire sur ordre de le Gendarmerie nationale de la République de Guinée

Le problème évoqué selon la source est que “Everest 1” transporterait des marchandises en mauvais état. Par conséquent, le déchargement prévu ne peut avoir lieu.

Il faut préciser que le navire a quitté un port ghanéen (Takoradi) où il a été chargé de matériaux de construction, en l’occurrence des cameaux. Sur sa route, le navire a fait escale dans les eaux ivoiriennes pour cause de surcharge et penchant d’un côté. Il a été redressé à Abidjan avant de poursuivre sa roule vers la Guinée. “Arrivé à destination, il a été constaté que les carreaux sont cassés. C’est pour cela que les marins sont retenus par la Gendarmerie guinéenne”, rapportent des sources

Pourtant, dans ce genre de situation, la personne responsable est celui à qui appartiennent les marchandises.

” Les marins sont bloqués dans le navire depuis quatre mois et ils sont sérieusement malades. Du fait de la présence des insectes dans le navire, ils sont atteints de maladies de la peau. Les gendarmes guinéens se relaient dans le navire pour les surveiller”, signalent avec inquiétude les sources.

C’est une affaire qui s’apparente fortement à une détention arbitraire. Vivement, il est souhaité que les autorités togolaises prennent à bras le corps ce dossier. Que la diplomatie maritime prenne le dessus de toutes considérations.

Une bonne collaboration entre l’affréteur du navire et la Direction des affaires maritimes (DAM), la branche administrative de la gestion des questions liées à la mer au Togo, pourrait donner le déclic à un heureux dénouement de cette affaire.

Le Nouveau Reporter
@: [email protected] Pour vos demandes de couvertures médiatiques, annonces, pub, productions multi-support… Veuillez-vous adresser au : Tél : (00 228) 92 60 75 77 / 99 50 60 10

Société