Récépissé N° 0010/HAAC/12-2020/pl/P

Justice: une première, la première femme nommée procureure générale au Togo a juré “fidélité” dans l’exécution de sa fonction

Date:

Mme Azanledji Justine précédemment 1er avocat général vient de passer pleinement au titre de procureure générale après sa nomination historique, il y a quelques semaines, comme première femme procureure générale au Togo.

Nommée par le décret N°2022-103/PR le 17 octobre 2022 procureure générale près la Cour suprême, Azanlédji Justine Mawulawoè épouse Ahadzi a prêté serment vendredi 18 novembre à Lomé. C’était au cours d’une audience solennelle dirigée par le président de la Cour, Abdoulaye Bawa Yaya en présence du ministre en charge de la Justice, Pius Kokouvi Agbetomey et des représentants des Institutions Publiques.

La main droite levée, elle a juré de bien remplir et fidèlement ses fonctions dans le respect de la constitution, d’assumer sans défaillance les devoirs qu’elles l’imposent et de garder le secret des délibérations.

A la même occasion, trois autres magistrats nommés ont également prêté serment devant le président de la Cour suprême Abdoulaye Bawa Yaya et la procureure générale, Azanlédji Justine Mawulawoè. Il s’agit de Moti Nutifafato Amévo Kokuvi, précédemment président de la Cour d’appel de Kara, nommé conseiller près la chambre judiciaire ; de Tchagba Idrissou Sahidou, précédemment vice-président de la cour d’appel de Kara, nommé conseiller près la chambre judiciaire et de Koutob-Naoto Tchontchoko, précédemment procureur général près la cour d’appel de Kara, nommé 6ème avocat général au parquet général. Tous renvoyés à l’exercice de leur fonction.

La procureure générale a exhorté les impétrants de dire le droit, rien que le droit, qui doit être dit à temps et à contre temps, de rendre justice à la veuve et à l’orphelin sans tenir compte de celui qui est devant eux avant de trancher, de respecter le serment afin de ne pas commettre un parjure, de ne pas monnayer les dossiers qui leur seront soumis à traitement, d’être prudents, vigilants et surtout diligents pour éviter les multiples critiques faites à la justice.

“Les magistrats ne sont pas des saints, mais ils doivent être des modèles, des exemples à imiter pour leurs collègues cadets”, a-t-elle souligné. Elle les a invités à se souvenir de l’éthique et de la déontologie du magistrat et de ne pas hésiter à faire poursuivre les éternels corrupteurs qui ternissent l’image de la magistrature.

Le Nouveau Reporter
@: [email protected] Pour vos demandes de couvertures médiatiques, annonces, pub, productions multi-support… Veuillez-vous adresser au : Tél : (00 228) 92 60 75 77 / 99 50 60 10
spot_img