32 C
Lomé
10 avril 2021
Le Nouveau Reporter

Pédopornographie au Togo : lettre ouverte du Comité national des droits de l’enfant aux autorités togolaises

La perversité sexuelle entre jeunes et adolescents atteint sans doute son point critique au Togo avec les faits très choquants qui se sont produits dans la préfecture de Zio et révélés par une vidéo virale. L’arrestation et la présentation à l’opinion de l’un des mis en cause, par la Police nationale, a encore fait monter d’un cran le choc. Au moins, et fort heureusement, ce malveillant réseau mettant en scène des adolescents en plein acte de sodomie, a été démantelé par les autorités togolaises. Le Comité national des Droits de l’Enfant (CNE), outré et horrifié par cette aberration qui défraye la chronique, s’est adressé, ce 02 avril 2021, à l’opinion et à l’Exécutif togolais.

Depuis quelques jours, « des vidéos pédopornographiques répugnantes et répréhensibles circulent sur les réseaux sociaux créant de l’indignation et de la réprobation au sein des vaillantes populations togolaises. En effet, ces vidéos celles mettant en scènes les enfants dont l’âge varie entre 5 ans et 18 ans qui s’adonnent à des actes sexuels ignobles », rappelle le CNE.

Acte contraire aux mœurs et à la morale, selon le CNE, ce dernier « demande instamment aux autorités sécuritaires et judiciaire de tout mettre en œuvre pour appréhender toutes les personnes réellement impliquées dans ce crime odieux de les sanctionner conformément aux lois en vigueur ».

« la pédophilie et la pornographie mettant en scène les enfants sont des crimes conformément au code de l’enfant et au nouveau code pénal du Togo, c’est le lieu ici, de remercier tous ceux qui de près ou de loin ont contribué au démantèlement de ce réseau pédopornographique et permis de sauver ainsi sans nul doute de milliers d’enfants qui pourraient tomber dans les mailles prédateurs », rappelle très reconnaissant le CNE.

Tout en saluant le travail abattu par des organisations de la société civile et des médias qui ont contribué à l’arrestation des auteurs de ce crime, le comité se dit «préoccupé par les images de ces enfants victimes ont été abondamment diffusées sur les réseaux sociaux sans qu’aucune mesure n’ait été prise pour les protéger ».

Ces enfants victimes se voient aujourd’hui ainsi exposés et courent le risque d’être stigmatisés et donc d’être doublement victimes des actes dont ils ont été abusés. C’est pourquoi le comité national des droits de l’enfant demande aux autorités de prendre toutes les dispositions nécessaires pour assurer la protection de ces enfants victimes de cet acte criminel.

Le comité national des droits de l’enfant lance un appel à toute personne physique ou morale de toujours privilégier le recours aux voies légales chaque fois qu’elle est témoin ou en possession des informations susceptibles de sauver et de protéger des enfants en saisissant promptement les autorités et les institutions en charge des questions concernant les enfants.

Le comité national des droits de l’enfant invite chacun et chacune à rester vigilant et à soutenir ses actions de promotion et de protection des droits de l’enfant dans notre pays le Togo.

Lire aussi : Covid-19 et Fake news : le ministre Yark Damehame grince les dents contre les auteurs et leur promet des poursuites