30 C
Lomé
11 avril 2021
Le Nouveau Reporter

E-éducation : la plateforme PetitPouss voit le jour au Togo

Face à la presse et aux acteurs éducatifs, l’entreprise PetitPouss Togo a rendu publique, ce mercredi 31 mars 2021, sa première plateforme numérique. Laquelle officialisation a permis à ladite entreprise spécialisée dans la technologie liée à l’éducation, de présenter la plus-value socio-éducative de son joyau numérique.

Dans le respect des mesures barrières contre la Covid19, le directeur de Petitpouss Togo, Hasan Giire, et ses collaborateurs ont procédé à la présentation de la plateforme numérique éducative nommée PetitPouss.

Les travaux de la plateforme ont débuté en Hollande avant d’être transplanté telle quelle dans 5 pays francophones, notamment le Niger, le Djibouti, la Guinée, le Bénin et désormais le Togo. PetitPouss a pour but d’amener les élèves à s’adapter au digital et à la technologie de l’éducation.

Après que Hasan Giire (Nldr : il est Somalien et réside en Hollande), a édifié sur ses motivations et les raisons qui ont conduit le projet vers le Togo, la responsable Marketing, Liliane Bolouvi, a présenté la plateforme et son contenu.

Cette plateforme est adaptée au programme togolais avec le résumé des cours et plus de trois milles exercices et fonctionne avec internet sur smartphone, tablette ou ordinateur. « Les élèves aujourd’hui démontrent un besoin d’être familiers au digital c’est amusant pour eux, donc Petitpouss voudrait que l’enfant s’amuse en apprenant ses cours », a soutenu Éphrem Atiah, responsable communication de Petitpouss Togo.

Cette initiative, poursuit-il, « est un atout pour les élèves, une occasion que les parents doivent saisir afin que nous soyons sur la même longueur d’onde avec les avancées de l’occident en matière de l’éducation… Il démontre le caractère amusant de la plateforme et la nécessité de le fusionner à l’important ».

L’accès à la plateforme est conditionnée par un abonnement de 50 FCFA par jour.

Lire aussi : Cantine scolaire : 12 101 écoliers issus de quarante-sept écoles dans la région centrale sont bénéficiaires