25.3 C
Lomé
24 juin 2021
Le Nouveau Reporter

Enseignement supérieur : méthodes, règles et rigueur qui encadrent la délivrance de doctorat par des institutions privées

Le ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, le prof Majesté Ihou Wateba, et le président de l’Université de Lomé, prof Dodzi Komla Kokoroko rappellent à l’ordre les universités et institutions privées nationales et régionales qui délivrent illégalement le diplôme de doctorat.

Les deux responsables ont constaté que des structures privées de formation et de recherche, notamment des universités et institutions privées nationales et régionales délivrent le diplôme de doctorat, en violation de l’arrêté N° 097/MESR/CAB du 4 décembre 2018, et ce en complicité avec des enseignants chercheurs des universités publiques.

En effet, l’arrêté N° 097/MESR/CAB du 4 décembre 2018 dispose en son article 23 alinéa 2 que « Les structures privées de formation et de recherche ne peuvent délivrer le diplôme de doctorat qu’en collaboration et sur habilitation d’une école doctorale accréditée et rattachée à une université publique », rappelle Prof Dodzi Komla Kokoroko dans un communiqué du 21 mai 2021.

Ainsi, le ministre Majesté Ihou Wateba demande « aux enseignants des universités publiques de suspendre leur intervention jusqu’à la mise sur pied d’une commission pour étudier les conditions d’ouverture d’une formation doctorale dans lesdits établissements », souligne le communiqué du ministre en date du 18 mai dernier.

« Ceux qui encadrent les thèses de doctorat dans des institutions privées d’enseignement supérieur sont tenus de signaler les encadrements en cours ou déjà réalisés sous huitaine », fait comprendre le président de l’Université de Lomé.

Lire aussi : Télécom : après TogoCom, l’ARCEP colle une amande de près de 600 millions FCFA à Moov Africa Togo