24.1 C
Lomé
17 août 2022
Le Nouveau Reporter

Agbéyomé Kodjo va-t-il perdre son immunité parlementaire ?

Le processus visant à la levée de l’immunité parlementaire du président du Mouvement patriotique pour la démocratie et le développement (MPDD) est lancé par le Parlement togolais, suite à une demande du Procureur de la République adressée à la présidente de l’Assemblée nationale. Ce mercredi matin, un représentant de M. Agbéyomé Kodjo a effectivement été auditionné par une commission parlementaire spéciale crée, suite à une décision de Mme Yawa Tsègan, la présidente de l’Assemblée nationale.

Le Procureur de la République retient plusieurs charges contre le candidat malheureux à l’élection présidentielle du 22 février 2020. Parmi ces charges qui motivent une lettre en date du 9 mars à l’attention de la présidente de l’Assemblée nationale, on note : des troubles aggravés à l’ordre public, la diffusion de fausses nouvelles, la dénonciation calomnieuse….

La commission spéciale ainsi crée est composée de 6 des collègues du député Agbéyomé. Notamment : Mme Mémounatou Ibrahima, membre du bureau ; M. Koundjam Monkpebor, Commission des droits de l’Homme ; Me Tchtchao Tchalim, Commission des Lois ; M. Djossou Sémondji, Groupe parlementaire Unir ; M. Sénanu Alipui, groupe parlementaire UFC ; et M. Komedega Taama, groupe parlementaire NET-PDP.

Le processus de levée de l’immunité parlementaire va-t-il pouvoir aboutir ?

Les charges retenues contre le candidat de Mgr Kpodzro sont graves. « En s’érigeant en Président de la République élu au mépris des résultats définitifs de la Cour constitutionnelle et en procédant aux actes subséquents (nomination d’un Premier ministre, création d’un site web officiel)…, le député accomplit ainsi entre autres des actes subversifs, ce faisant, il tente de supprimer les institutions de la République régulièrement établies. Ces propos et agissements ci-dessus évoqués rentrent dans les prévisions des dispositions pénales et reçoivent les qualifications de troubles aggravés à l’ordre public, de diffusion de fausses nouvelles, de dénonciation calamiteuse et d’atteinte à la sûreté et la sécurité intérieure de l’État », relève le procureur dans son courrier en arguant que sa procédure répond au souci de préserver l’ordre public et la paix sociale.

Le président du Mouvement des Républicains centristes (MRC), Abass Kaboua annonçait quelque peu les couleurs, il y a quelques semaines au cours d’une conférence de presse. Ce dernier mettait en effet en garde contre tout trouble son collègue Agbéyomé Kodjo. Avant de faire savoir, sans détour, qu’il sera le premier député à voter pour la levée de l’immunité parlementaire du candidat de la dynamique Kpodzro, s’il y a besoin.

Aux dernières nouvelles, les députés seront en plénière demain jeudi 12 mars au siège de l’Assemblée nationale.