24.1 C
Lomé
29 juillet 2021
Le Nouveau Reporter

Ahmad s’apprête à faire appel de sa suspension devant le TAS

Le président sortant de la Confédération africaine de football (CAF) Ahmad Ahmad a annoncé mercredi 25bnovembre par la voix de ses avocats qu’il allait saisir le Tribunal arbitral du sport (TAS) pour contester sa suspension par la FIFA pour des manquements éthiques, dont des détournements de fonds.

Ahmad Ahmad, par ailleurs vice-président de la FIFA, a annoncé que ses conseillers vont déposer un recours devant la TAS pour “contester fermement” la décision du comité d’éthique de la FIFA, une instance indépendante de l’instance dirigeante du football mondial précise le Bihebdomadaire togolais d’Informations et d’Analyses, “l’union pour la patrie ” dans sa parution N°1391 du 27 novembre 2020.

Les avocats précisent dans un communiqué, évoquant sa suspension qui s’accompagne d’une amende de 185 000 euros, soit plus de 120 millions de francs CFA que: « La décision n’a pas été rendue de façon juste et impartiale ».
Pour le conseiller d’Ahmad, « Au cours des mois d’enquête menée par la Chambre de jugement de la Commission d’éthique de la FIFA, dirigée par Mme Maria Claudia Rojas, contre la CAF et son président, de nombreux procédés surprenants ont été relevés ».

Au nombre de ces “irrégularités”, ils estiment que les faits pour lesquels leur client a été condamné « ont été présentés de façon largement contestable et contestée ».
La Chambre de jugement de la Commission d’éthique de la FIFA « s’est d’ailleurs empressée de rendre dans l’urgence une décision immédiatement exécutoire, sans communiquer les motifs de sentence, en dépit de sa gravité », déplorent-ils.
Les avocats du dirigeant malgache de 60 ans laissent entendre que la raison d’une telle précipitation est à chercher dans la volonté d’empêcher la réélection d’Ahmad Ahmad à un second mandat à l’occasion de l’élection à la présidence de la CAF prévue en mars prochain.
« Un appel sera donc fait devant le Tribunal arbitral du sport afin de contester cette décision incompréhensible et choquante. Cet appel sera par ailleurs assorti d’une demande d’effet suspensif, afin de ne pas aggraver le préjudice subi par le président Ahmad, et lui permettre de mener campagne en vue de sa réélection à la présidence de la CAF », indique le communiqué.
La FIFA reproche à Ahmad Ahmad, tombeur du Camerounais Issa Hayatou à la surprise générale, en mars 2017, « d’avoir enfreint les articles 15 (devoir de loyauté), 20 (acceptation et distribution de cadeaux ou autres avantages) et 25 (abus de pouvoir) » du code d’éthique de la FIFA, sans compter les accusations de détournement de fonds à son encontre.

Lire aussi:https://www.lenouveaureporter.com/dossier-lampleur-de-levasion-fiscale-pour-le-togo-et-lafrique/