Récépissé N° 0010/HAAC/12-2020/pl/P

Baisse de la tension électrique entre grossistes de légumes d’Atikpodji et l’EPAM: de nouvelles perspectives suite à une rencontre avec Payadowa Boukpessi

Date:

Depuis plusieurs semaines, les commerçantes grossistes de légumes d’Atikpodji et d’Abatoir (grand marché de Lomé), expriment leur leur mécontentement après la décision de l’Etablissement Public Autonome pour l’Exploitation des Marchés (EPAM) relative à la délocalisation de leur marché dans la zone de Bè-Klikamé.

Mais la tension baisse d’un cran entre les deux parties. En effet, au sortir d’une rencontre qu’elles ont eue avec le ministre de l’Administration territorial et de la décentralisation, Payadowa Boukpessi, ces dernières semblent pousser un ouf d’espoir et lorgner l’horizon avec un regard apaisé et plein de solutions adéquates envisageables. De ces discussions, il en ressortnen effet, qu’elles vont se réinstaller sur les sites de l’Abattoir et d’Atikpodji au grand marché de Lomé. Leur déménagement a été suspendu et repoussé à juin 2023.

Selon un programme établi initialement par l’EPAM, ces femmes grossistes devraient quitter les sites depuis le 15 octobre dernier pour s’installer sur un nouveau aménagé pour eux au quartier Bè- Klikamé, près de l’Université de Lomé.

Pour ces grossistes regroupés au sein des syndicats, notamment l’ARETOF, l’ACGPT, le SYRIPROMATE, le SYNPRO Semate, le SYNRE Promote et le SYNAREPTOPIT, la délocalisation de leur commerce vers un nouveau site conduira à une perte considérable de leur clientèle. Ce qui créera par ricochet de graves répercussions sur leurs activités. Ils soulignent également que le nouveau site construit à Bè-Klikamé n’est pas adéquat.

Tout de même, ces grossistes ne désarment pas totalement. Ils réclament de “meilleures nouvelles solutions”. Ce qui tend à rendre leur combat quelque peu ambivalent.

Toutefois, gageons que les pistes de recherches de solutions tracées avec cette rencontre avec le ministre Boukpéssi – rencontre à saluer et à applaudir à tous égards – puissant aider à solutionner définitivement un problème qui ressemble, à s’y méprendre, à celui de la tentative de délocalisation du grand marché d’Adawlato au début des années 90, au lendemain de la construction du marché de Hédzranawoé. Espérons vivement que l’histoire ne bégaie pas!

lire aussi: Tomate: le retour en abondance sur le marché au grand soulagement des ménages

Le Nouveau Reporter
@: [email protected] Pour vos demandes de couvertures médiatiques, annonces, pub, productions multi-support… Veuillez-vous adresser au : Tél : (00 228) 92 60 75 77 / 99 50 60 10

Société