32 C
Lomé
19 janvier 2021
Le Nouveau Reporter

Bilan 2020 de la diplomatie togolaise : beaucoup de défis relevés malgré la crise sanitaire estime Prof. Robert Dussey

Le ministre des affaires étrangères, de l’intégration régionale et des Togolais de l’extérieur, Prof. Robert DUSSEY, a présenté le bilan d’activité de son ministère en plusieurs points, à quelques heures de la nouvelle année 2021.

Pour le ministre, 2020 marquera l’histoire comme une année particulièrement difficile en raison de la crise sanitaire du coronavirus qui a paralysé les activités de beaucoup d’institutions. Ainsi l’année 2020 a été une année de grands défis pour tous les pays du monde dans la conduite des affaires nationales et internationales.

Le ministre a abordé la maladie à Covid-19 et ses impacts sur le fonctionnement des activités du ministère. Il relève que la crise du Coronavirus a rendu difficiles toutes choses même le sens de la diplomatie qui est par essence un domaine de rencontres, de concertations et de poignées. Presque toutes les grandes rencontres internationales ont été annulées. Mais, note-t-il toutefois, que le ministère s’est très vite adapté à cette nouvelle donne en poursuivant la mise en œuvre de sa politique étrangère par le biais de réunions virtuelles.

Il précise que beaucoup de pays dans l’espace communautaire sont confrontés au terrorisme et à l’extrémisme violent. En plus de ces fléaux déjà dévastateurs, s’ajoute, pour le cas du Mali, une crise politique sans précédent. Pour le ministre, le Togo est déterminé à aider le peuple malien dans cette crise, pour plusieurs raisons. D’abord, par solidarité envers un pays frère auquel le Togo est très attaché. Ensuite, parce que la sécurité chez nous dans le Golfe de Guinée dépendant dans une large mesure de la sécurité au Sahel en général et au Mali en particulier. Il précise que les traits caractéristiques de la politique étrangère du Togo sont la médiation de la paix car pour lui sans la paix, il n’y a pas de politique de développement qui puisse prospérer. Ainsi precise t-il, c’est conformément à ce fondement de notre action diplomatique que depuis le début, le Président Faure GNASSINGBE s’est personnellement mobilisé pour soutenir la transition en cours au Mali en maintenant un dialogue régulier et permanent avec tous les acteurs impliqués.

Le Togo soutient toutes les initiatives portées par les organisations internationales et les pays amis en faveur d’un retour rapide de la paix et de la stabilité au Mali. Il prend ainsi une part active dans la Coalition pour le Sahel qui promeut une approche intégrée au niveau régional et vise à traiter toute les causes de la crise. C’est toujours conformément à cette volonté que le Togo a pris une part active à la réunion inaugurale du Mécanisme de Soutien à la Transition au Mali (MST-MALI) dont il s’est engagé à accueillir la prochaine réunion. Le Togo est et sera un pays « exportateur » de paix, précise le ministre tout en relevant que le Togo est resté fidèle à la position de la CEDEAO qui est celle d’une condamnation ferme de toutes les prises inconstitutionnelles de pouvoir.
Il évoque par ailleurs les négociations du nouvel Accord de partenariat entre l’Union Européenne et l’Organisation des Etats d’Afrique, des Caraïbes et du Pacifique (OEACP) qui occupent une bonne partie de de l’agenda du Togo.

Sur le plan de la coopération bilatérale, plusieurs actions et négociations ont permis de nouer des coopérations ce qui a permis de renforcer la coopération politique et commerciale entre les pays. Le cas de l’ambitieux coopération avec la Fédération de Russie et avec les partenaires traditionnels, dont la France, l’Allemagne, la Chine, le Japon et les USA.
L’année a été marqué aussi par l’installation du Haut Conseil des Togolais de l’extérieur (HCTE) qui s’inscrit dans la droite ligne de la vision du gouvernement de faire participer la diaspora togolaise au développement national. Ce qui a permis selon le ministre de restaurer de la confiance entre le gouvernement et la diaspora à travers sa mise en place, permettant aussi aux compatriotes vivant à l’étranger d’exercer pour la première fois leur droit de vote lors de l’élection présidentielle de février 2020.

D’autres activités organisées par visioconférence ont permis aux compatriotes à l’étranger d’être outillé sur les fondamentaux de l’emploi à l’international avec le soutien de l’Etat et de cerner davantage les opportunités qu’offrent certaines structures dans le cadre de la mobilisation des ressources financières vers le Togo.

Lire aussi:https://www.lenouveaureporter.com/finances-trop-de-dysfonctionnements-des-guichets-automatiques-des-banques-togolaises/