25.3 C
Lomé
23 juin 2021
Le Nouveau Reporter

Contre les substances psychoactives : l’ONG RAPAA et des parents renforcent le suivi des enfants

Pour marquer au Togo la Journée internationale des familles, célébrée chaque 15 mai, l’ONG Recherche Action Prévention Accompagnement des Addictions (RAPAA), a tenu ce samedi 15 mai 2021 à son siège à Lomé, une conférence-débat en présence des parents. Axée autour de la « Consommation de substances psychoactives : rôles et responsabilités des familles dans la prévention et l’accompagnement des jeunes », il s’est agi de raviver la flamme du suivi parental dans le mode de vie des enfants.

Invités, le ministère de l’Action sociale, le Comité national Anti drogue et le Programme national des Addictions aux produits psychoactifs, ont honoré la conférence-débat de leur présence.

Dans le strict respect des mesures barrières, une quinzaine de participants dont les parents, et les représentants des services publics ont été édifiées à travers deux communications. La première a été faite par Kama-Akoura Djonna, psychologue de l’éducation et vice-présidente de l’ONG RAPAA. Elle a outillé les participants sur la nécessité de “démocratiser” l’éducation en fonction de réalités qui s’imposent de nos jours. Des techniques “de mise à jour éducative” afin que les enfants sentent les parents impliqué dans ses réalités.

Elle a également touché du doigt les signes auxquels les parents doivent prêter attention. « Il faut garder un œil attentif les enfants. Si l’enfant ne mange plus bien, n’a plus trop d’appétit, ne s’intéresse plus beaucoup aux repas de la maison, c’est un signe de changement que le parent ne doit pas négliger. Si l’enfant demande plus d’argent que d’habitude, passant par d’autres membres de la famille à avoir l’argent, c’est qu’il y a un problème. Si le l’enfant traîne avec des boîtes des boîtes voire des boîtes de cigarettes, il y donc de quoi s’inquiéter », a fait comprendre Kama-Akoura Djonna.

La deuxième communication, assurée par Joseph Yenkey, psychologue clinicien à l’hôpital psychiatrique de Zébé, a parlé des conduites familiales qui prédisposent les enfants à la consommation des substances psychoactives. « Les parents qui fument et de surcroît en présence des enfants est très dangereux pour ces derniers. Les violences conjugales : papa qui frappe maman, maman qui insulte papa, etc. sont des situations qui agissent psychologiquement sur les enfants », a expliqué Joseph Yenkey.

Photo de famille des participants

L’interprétation de la célébration du 11 mai de Bob Marley a été une préoccupation des parents qui déplorent la publicité de la drogue qui est faite lors du 11 mai.

Consommation de substances, les 04 étapes d’un traitement…

Joseph Yenkey a détaillé les étapes d’un traitement d’une personne sous consommation de substances psychoactives. Il se fait en quatres étapes : le prétraitement (sensibilisation, dépistage et intervention brève, évaluation et détermination du niveau des soins, désintoxication) ; le traitement primaire (counseling individuel et de groupe, psychothérapie, test de dosage urinaire, pharmacothérapie, groupe d’entraide) ; la planification du traitement (identification des autres besoins) et la continuité des soins (plan d’action élaboré ou transfert à un autre niveau de soin, capacité individuelle et soutien de l’entourage pour la suites.

Une campagne médiatique (émission radio, articles de presse) sur le thème de ladite conférence-débat sera menée dès lundi 17 mai prochain, par Kama-Akoura Djonna et Joseph Yenkey.

Créée en 2013, l’ONG Recherche Action Prévention Accompagnement des Addictions (RAPAA), intervient essentiellement dans la recherche et les études, le tenforcement des capacités et plaidoyer, la prévention et communication, et l’accompagnement et la prise en charge.

Lire aussi : Problématique de la Santé publique en Afrique : la Fondation Brazzaville veut crever l’abcès