27.2 C
Lomé
25 janvier 2022
Le Nouveau Reporter

Côte d’Ivoire : à quoi doit-on s’attendre après ce choix politico-stratégique d’Alassane Ouattara ? 

Après cette déclaration surprise mais attendue du président ivoirien Alassane Ouattara, d’aucuns trouvent un dénouement de la guerre politique des candidats à l’élection présidentielle de 2020 en Côte d’Ivoire tandis que d’autres s’interrogent encore. Une chose est certaine, la carte du jeu politique va connaître un grand changement dans cet environnement de brouillard d’alliances.

En politique, la certitude est une denrée rare. La candidature d’Alassane Ouattara faisait l’objet de crispation. Cet ancien dauphin de Félix Houphouët-Boigny allait-il céder sa place à un dauphin ‘’fait’’ et préparé pour sa succession ? Il y a deux (02) ans, l’on aurait parié sur l’ex-président de l’Assemblée nationale de la Côte d’Ivoire, Guillaume Kigbafori Soro. Mais depuis plusieurs mois, les différents acharnements contre l’ex-chef rebelle ont fait croire à l’opinion publique que le président Ouattara aurait un autre plan que de soutenir Guillaume qui, il faut le rappeler, a joué un rôle important dans l’arrivée au pouvoir de celui-ci.

Soro en exil forcé, Gbagbo et Blé Goudé dans l’incapacité de rentrer au pays

Guillaume Soro aurait-il vite anticipé en se séparant rapidement de son mentor politique qui l’a ‘’fait’’ ? Manifestement, la politique est un monde de ruse. Soro représentait-il une menace qui mettrait en jeu le tour de passe-passe signé avec son mentor dans la gestion de la Côte d’Ivoire ? On est tenté de répondre par l’affirmative au regard des derniers événements, l’arrestation de ses proches en Côte d’Ivoire et tout l’arsenal juridictionnel mis en branle par Ouattara pour le contraindre à rester hors du pays. Pendant ce temps, Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé, toujours dans l’impossibilité de rejoindre leur terre natale, multiplient les audiences et n’ont de cesse appelé le président Ouattara à tendre la main à tout le monde pour une réconciliation des Ivoiriens et faciliter leur retour au pays pour une joute électorale ouverte. En tout cas, Alassane ne semble pas être ouvert à cette proposition mais s’écarte tout de même de la course pour 2020.

L’annonce surprise à Yamoussoukro, un choix stratégique

« J’ai décidé de ne pas être candidat à la présidentielle du 31 octobre 2020 et de transférer le pouvoir à une jeune génération ». C’est ce qu’a annoncé, jeudi 05 mars, le président ivoirien qui renonce ainsi à briguer un troisième mandat après des mois de mystère autour d’une éventuelle candidature.

Découvrir aussi : Côte d’Ivoire : Alassane Ouattara ne briguera pas un 3ème mandat

Pourquoi maintenant ? Pourquoi à Yamoussoukro devant le parlement et non à l’amphithéâtre Houphouët Boigny ? A ces questions, chacun y va de son analyse. Pour un observateur qui sait que toute action politique est planifiée et organisée pour informer, il est évident qu’une communication se cache derrière ce choix politico-stratégique. En passant sous réserve tous les épisodes des déboires et alliances contre nature entre les camps politiques en Côte d’Ivoire depuis la démission de Guillaume Soro, il est important de rappeler que Ouattara, âgé maintenant de 78 ans, est un pur produit politique de Houphouët-Boigny.

Des jeux d’alliance en perspective

L’actualité politique ivoirienne a le secret des alliances. Avec cette annonce du président, tout laisse à croire que les jours à venir en terre ivoirienne pourraient nous réserver des surprises. Des alliances, même contre nature pourraient se nouer. Mais, il n’est pas à écarter la possibilité des éclatements de rupture des alliances incestueuses pour faire barrage à Alassane Ouattara en cas de candidature à sa propre succession. Les états généraux du FPI, RHDP, PDCI, Génération et Peuple solidaire etc. rentreront sans doute en intenses activités politiques et conciliabules.

Le lieu de cette déclaration est signe de sincérité et de gage de parole d’honneur pour Alassane Ouattara dans ce grand virage de sa vie politique. Le hasard n’existe pas en politique et chaque fait, chaque action est communication. Il est évident que le feuilleton d’actualités politiques ivoiriennes connaitra assez d’épisodes dans les jours et semaines à venir. Wait and see.