28.1 C
Lomé
17 octobre 2021
Le Nouveau Reporter

Entrepreneuriat de presse : les professionnels des médias du Togo se nourrissent de l’expérience de leurs confrères du Bénin

Le Code de la presse et de la Communication en vigueur au Togo évoque l’obligation faite aux médias de se constituer en société répondant aux normes OHADA. Depuis la promulgation de ce code en janvier 2020, la problématique de la mutation des organes en véritables sociétés est particulièrement préoccupante au sein de la corporation.

C’est pourquoi à l’occasion de la première édition de “Semaine de la Presse”, le CONAPP a eu l’ingénieuse idée de faire rencontrer les professionnels des médias togolais et leurs homologues et confrères venus du Bénin. En effet, c’est depuis 2015 que le Bénin est passé à l’étape où l’obligation est faite aux médias de se constituer en société de presse. La presse togolaise qui amorce sa mue avait besoin de se nourrir d’expériences relatives à cette très prochaine obligation. L’école voisine du Bénin était alors la bienvenue pour acquérir des expériences.

C’est ce qui a réuni ce vendredi 30 avril à Lomé, toutes les organisations de presse du Togo et le Patronat du Bénin pour en parler et découvrir “l’expertise” béninoise.

C’était donc dans le cadre de la 1ère édition de la Semaine de la Presse organisée par le Conseil National des Patrons de Presse (CONAPP).

La rencontre a permis aux journalistes présents de savoir davantage sur la notion d’entreprise de presse ou société de presse, de s’informer sur la forme juridique de cette réforme.

Pour Arimiyao Tchagnao, Président du Conapp « On demande aux médias de se transformer en entreprise de presse. C’est une contrainte. Donc c’était important de se retrouver pour réfléchir autour de la mutation à laquelle nous sommes appelés à se conformer. Le besoin s’est senti de solliciter nos frères du Bénin qui déjà ont affronté cette mutation pour nous dire comment ils sont arrivés à cette étape.
Nos frères Béninois ont pu nous dire ce qu’il faut faire, c’est-à-dire comment créer, gérer et tenir une entreprise pour qu’elle réussisse. Ces points ont été évoqués et je crois que tous ces journalistes et patrons de presse qui ont pris part à cette rencontre ont pu retenir quelque chose. La date moratoire tire petit à petit à sa fin, il nous faut aller vite pour se conformer ».

Il faut dire que cette mutation est primordiale pour le gouvernement et qui reste une exigence pour le développement du pays.