Récépissé N° 0010/HAAC/12-2020/pl/P

Extrémisme violent, démocratie et bonne gouvernance, sécurité environnementale…, le rapport de wanep-Togo

Date:

La branche togolaise du Réseau ouest africain pour l’édification de la paix (WANEP-Togo) a rendu public un rapport sécuritaire triannuel.

Selon le rapport basé sur des faits vérifiables sur le terrain, entre 2020 et 2022, le Togo a enregistré 1667 incidents relatifs aux principaux problèmes de sécurité.

En effet, en 3 ans, il y a eu, selon ce rapport sécuritaire, 177 incidents liés au crime et à l’extrémisme violent, 935 en matière de démocratie et gouvernance (politique, santé, éducation, élections). Dans la thématique ‘femmes, paix et sécurité’, on dénombre 446 incidents tandis qu’il y en a 109 en sécurité environnementale.

Les principaux problèmes qui menacent la paix et la sécurité du Togo, selon ledit rapport, sont les attaques terroristes, les actes de criminalité notamment les braquages, le cambriolage, les vols à mains armées et les meurtres. A ceux-là s’ajoutent les accidents de circulation, les conflits liés à la transhumance, au foncier et à la chefferie traditionnelle, les violences basées sur le genre, les suicides, le phénomène des enfants de rue, les noyades et les inondations.
De l’analyse de ces incidents, poursuit la première responsable de WANEP-Togo, il ressort 12 zones à risque de niveau très élevé comme Golfe, Agoè-Nyivé, Zio, Est-Mono, Tone, Cinkassé, Tandjouaré, Kendjal, Kpendjal-ouest, Oti, Oti-sud et 13 zones à risques de niveau moyens, Lacs, Vo, Yoto, Bas-Mono etc.

De ces chiffres, WANEP-Togo note que le problème des enfants de rue par exemple est devenu un problème de danger public sur lequel il faut véritablement travailler.

« Partout pratiquement, on a des enfants de rue qui demandent à manger alors que d’autres enfants, au même moment, sont à l’école. Aujourd’hui, il y a plus de Togolais que d’étrangers qui sont enfants de rue. Cela pose le problème de la démographie », a-t-elle lancé.

Ces chiffres ont été obtenus grâce à l’opérationnalisation d’un système national d’alerte précoce avec l’appui de la Coopération autrichienne pour le développement (ADA) et l’organisation de la coopération suédoise, SIDA.

Ce système de collecte, a expliqué Mme Noviekou, est un outil préventif qui aide à mieux orienter l’action de décision en vue de réduire les risques de sécurité. A sa base, se trouvent une quarantaine de personnes, toutes des Togolais qui ont pour nom ‘volontaires de la paix’.

Le système est basé sur des informations issues de sources ouvertes notamment la presse écrite, la presse en ligne et des situations de terrain connues et vérifiables.

Le Nouveau Reporter
@: [email protected]. Pour vos demandes de couvertures médiatiques, annonces, pub, productions multi-support… Veuillez-vous adresser au : Tél : (00 228) 92 60 75 77 / 99 50 60 10

Société