32.1 C
Lomé
30 novembre 2021
Le Nouveau Reporter

FESPACO 2021 : Dr Kossi Gbényo LAMADOKOU, ministre de la Culture et du Tourisme, a rencontré les participants togolais à Ouaga

Dans le cadre de la 27ème édition du Festival Panafricain du Cinéma et de la Télévision de Ouagadougou (FESPACO), le ministre de la Culture et du Tourisme, Dr Kossi Gbényo LAMADOKOU, arrivé la veille à Ouagadougou, la capitale burkinabé, s’est rendu, ce jeudi 21 octobre 2021, sur le stand du Togo dans le pavillon du Marché International du Cinéma et de l’Audiovisuel Africains (MICA). Il a eu des échanges avec presque tous les professionnels togolais du cinéma présents à cette édition.

« Je suis très heureux de voir que toute l’équipe est en place et presque toute la délégation est bien présente. J’ai aussi eu l’occasion de toucher du doigt tout le bien que mes homologues que j’ai eu à rencontrer hier m’ont dit de la délégation du Togo à ce FESPACO et aussi des progrès que le Togo a fait en la matière », a déclaré le ministre.

« Cette année, poursuit-il, parlant de l’organisation du Togo au FESPACO, tous les acteurs avisés trouvent que c’est la meilleure organisation du Togo depuis sa première participation à ce jour».
Le ministre a lancé un appel à tous les festivaliers à rester soudés et solidaires. Bien que les activités programmées dans le cadre du FESPACO 2021 soient aussi denses et se déroulent parfois aux mêmes heures, Dr LAMADOKOU les a invités à s’organiser de telles sortes qu’à chacune des projections des compatriotes togolais, une équipe reste présente pour soutenir le réalisateur.

Il espère, dans les prochaines années, voir un nombre plus important de Togolais prendre part « à ces travaux qui forment aux divers métiers du cinéma ».

Concernant la conférence organisée par le Togo, la veille, le ministre précise entre autres, l’enjeu. « En promulguant ce code une semaine après son vote, le chef de l’état a voulu qu’on aille vite. Cela signifie qu’il faut aller vers les partenaires qui vont contribuer à mettre en place le fonds de développement du cinéma. Pour que notre cinéma sorte de l’assistanat, il faut qu’on le professionnalise. Pour y arriver, il faut que le fonds crée par le nouveau code soit appliqué », a-t-il expliqué.

Le Marché International du Cinéma et de l’Audiovisuel africains (MICA), qui a ouvert ses portes du 17 au 22 octobre, est un espace privilégié de promotion du cinéma africain et d’échanges entre producteurs, distributeurs, porteurs de projets et diffuseurs. Tous les deux ans depuis 1983, il attire en grand nombre.

La direction de la cinématographie du Togo y a aménagé un box de visionnement des films togolais et un salon VIP où se déroule les rencontres B 2 B.

Lire aussi : Fespaco 2021 : le ministre Lamadokou prend le pouls du terrain et participe à un panel de haut niveau