Récépissé N° 0010/HAAC/12-2020/pl/P

Financement : un nouvel accord au titre de la Facilité élargie de crédit entre le Togo et le FMI

Date:

Après un précédent soutien de 238 millions de dollars, le Togo et le Fonds monétaire international s’accordent sur un nouveau soutien financier d’environ 400 millions de dollars. Ce vendredi, 08 décembre à Lomé, en présence du ministre de l’Economie et des Finances, la délégation du fonds a partagé avec la presse les conclusions préliminaires de cette mission.

En séjour au Togo du 29 novembre au 08 décembre, une mission d’évaluation des politiques publiques du fonds monétaire a échangé avec les autorités togolaises. D’une durée de 42 mois et d’un montant d’environ 400 millions de dollars, le nouvel accord au titre de la Facilité élargie de crédit (FEC) sera financé par le FMI. Cet accord de financement est un prêt à taux zéro. Il sera avalisé par la direction et le Conseil d’administration du FMI avant tout décaissement.

« L’équipe du FMI est heureuse d’annoncer que nous sommes parvenus à un accord au niveau des services avec les autorités togolaises sur un programme de 42 mois appuyé par un accord au titre de la Facilité élargie de crédit (FEC) d’un montant de 293,6 millions de DTS, soit environ 390 millions de dollars. Le programme économique des autorités vise à préserver la stabilité économique et à renforcer la viabilité de la dette tout en posant les bases d’une croissance plus forte et plus inclusive », a indiqué Hans Weisfeld, chef de mission du FMI au Togo.

Le ministre de l’Economie et des Finances, Sani Yaya, a salué la qualité des relations entre le Togo et le Fonds monétaire international.  « Je voudrais saluer tout l’engagement du gouvernement dans la mise œuvre des politiques publiques et des programmes ainsi que des reformes structurelles pour transformer de façon durable notre économie, financée de façon soutenable », a ajouté Sani Yaya.

Ce nouveau programme vise à préserver la stabilité macroéconomique. Les réformes clés visent à réduire le déficit budgétaire à 3% du PIB d’ici 2025, tout en protégeant les dépenses susceptibles de soutenir la croissance et renforcer l’inclusion économique. Le renforcement de la protection sociale, notamment en élargissant les transferts monétaires, sur la base de la création d’un registre social unique et d’une plateforme d’identification biométrique sont les engagements liés à ce nouveau programme.

Pour le FMI, il est important que les bénéfices de la croissance soient partagés. Le FMI appelle également les autorités togolaises à renforcer la stabilité financière et poursuivre leurs efforts fructueux pour améliorer le climat des affaires. Diverses réformes structurelles notamment les réformes visant à élargir l’assiette fiscale et à améliorer l’efficacité des recouvrements, vont permettre de renforcer le potentiel de croissance du pays.

Par ailleurs, le volet sécuritaire prend aussi une place de choix dans ce programme.

Comme moteur du cadre économique, se trouvent les recettes fiscales. Les politiques visent à augmenter les recettes fiscales, soit de 0,5% du PIB par an, afin de soutenir la consolidation budgétaire. Cette dernière permettra d’augmenter les dépenses publiques en faveur de la croissance, notamment à travers des investissements publics et des mesures de protection sociale.

Le Nouveau Reporter
@: lenouveaureporter@gmail.com. Pour vos demandes de couvertures médiatiques, annonces, pub, productions multi-support… Veuillez-vous adresser au : Tél : (00 228) 92 60 75 77 / 99 50 60 10

Société