Récépissé N° 0010/HAAC/12-2020/pl/P

Histoire : datant de l’ère coloniale, 17 000 restes humains sont en Allemagne

Date:

La Commissaire fédérale à la culture estime que les restes humains issus du contexte colonial n’ont pas leur place dans les musées ou les collections.

Il s’agit d’une estimation et le chiffre réel pourrait être plus élevé, a déclaré le Kontaktstelle für Sammlungsgut aus kolonialen Kontexten, le Point de contact allemand créé en 2019 pour les collections issues de contextes coloniaux. Les conclusions du Point de contact sont fondées sur une enquête menée auprès de 33 institutions possédant des restes humains dans des collections anthropologiques, anatomiques, médico-historiques, ethnologiques et paléontologiques.

Les restes humains proviennent du monde entier. L’origine géographique de 46 pour cent d’entre eux ne peut plus être déterminée. On estime que 71 pour cent des pièces dont on peut retrouver l’origine proviennent d’Afrique ou d’Océanie. Environ la moitié des objets sont accessibles numériquement.

« La question du traitement des restes humains provenant de contextes coloniaux est sensible. La signification et le traitement des restes sont ancrés dans des valeurs éthiques et dans la vision du monde des communautés d’origine », a fait savoir le point de contact. « Ce qui est important, c’est un contact respectueux des descendants », a-t-il ajouté.

Les résultats et les déductions doivent être discutés avec des experts des pays d’origine, et un concept doit être élaboré sur la manière de procéder, y compris la « réhumanisation » des restes humains, afin qu’ils retrouvent dignité et respect, selon la même source.

Il conviendrait également de définir des normes éthiques pour la conservation de ces restes. Les méthodes d’analyse de l’origine, ainsi que les possibilités et les limites de la recherche sur la provenance, doivent également être décidées. Des décisions doivent être prises concernant les vestiges dont l’origine ne peut être découverte.

Le ministre de la Culture de Basse-Saxe, Falko Mohrs, a déclaré que les musées et les collections avaient une responsabilité particulière en raison du passé colonial de l’Allemagne. « Le traitement des restes humains issus d’un contexte colonial en Allemagne a souvent été discutable par le passé. Nous avons maintenant la possibilité de l’améliorer », a déclaré Mohrs.

Markus Hilgert, porte-parole culturel des 16 Länder allemands, a estimé que le rapport apportait « une contribution importante au traitement de l’un des chapitres les plus sombres de l’histoire scientifique et institutionnelle de l’Allemagne ». Les institutions allemandes ont été confrontées à « d’énormes défis », a-t-il déclaré.

Katja Keul, ministre adjointe aux Affaires étrangères, a déclaré que les descendants souhaitaient « davantage de transparence et d’informations sur le lieu où se trouvent leurs ancêtres ». Plus précisément, il s’agit d’enterrer leurs ancêtres là où ils ont vécu.

La Commissaire fédérale à la culture, Claudia Roth, a déclaré qu’elle estimait que les restes humains issus du contexte colonial n’avaient pas leur place dans les musées ou les collections. « Trouver une manière appropriée de les traiter et développer des mesures pour les rendre aux pays d’origine font partie du traitement de l’histoire coloniale allemande », a-t-elle déclaré.

dpa

Lire aussi :Histoire : Identification de crânes d’Africains ramenés de colonies allemandes

Le Nouveau Reporter
@: lenouveaureporter@gmail.com. Pour vos demandes de couvertures médiatiques, annonces, pub, productions multi-support… Veuillez-vous adresser au : Tél : (00 228) 92 60 75 77 / 99 50 60 10

Société