29.1 C
Lomé
17 octobre 2021
Le Nouveau Reporter

Togo : construction de latrines dans les services publics, un défi à relever

L’assainissement du cadre de vie a du prix aux yeux du gouvernement togolais. Outres le curage des caniveaux, le nettoyage des routes qui sont des projets en cours d’exécution, le gouvernement lance un nouveau programme dans le cadre de l’assainissement public. Il s’agit de la multiplication des latrines dans les services publics, et surtout dans les centres de santé, pour les cinq (05) prochaines années. Un projet en faveur du personnel soignant, des fonctionnaires et des populations bénéficiaires dans différents services et institutions du pays.

La construction des latrines publiques est l’un des principaux objectifs quinquennaux définis dans les engagements du chef de l’Etat. Les autorités vont donc doter chaque bâtiment public d’au moins une latrine. Les bâtiments privilégiés sont ceux logés au sein des services publics intégrés ou dans des centres de santé.

Ce dispositif va permettre de limiter la défécation en plein air qui est un affront à la dignité, à la santé et au bien-être, en particulier des filles et des femmes. Dans de lieux publics où l’absence de latrines est récurrente, des filles comme des femmes manquent d’intimité lorsqu’elles sont dans leur période de menstruation. La défécation en plein air les expose également à un risque accru d’insécurité personnelle et constitue un risque pour la santé publique. C’est justement pour réduire ces problèmes que le gouvernement a lancé le projet de construction de latrines dans les centres de santés surtout.

Des centres de santés aux établissements scolaires publics

Avec le temps, le projet va s‘étendre dans les écoles publiques. Le gouvernement va installer des toilettes à chasse manuelle dans sept (07) écoles publiques du canton de Glidji. Le coût des travaux s’élève à 450 millions de francs CFA. Ils s’inscrivent dans le cadre du Projet d’investissement de résilience des zones côtières en Afrique de l’Ouest (Waca-Resip) dont l’objectif est d’améliorer la gestion des herbes communautaires à hautes valeurs écosystémiques et la gestion durable des terres.

Elisée Rassan